Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/12/2011

Friches industrielles à l’est de Sète

Friches industrielles : bientôt un souvenir

Midi Libre 21/11/2011 - F. D.

http://www.midilibre.fr/2011/11/21/methode,420636.php

Le triangle Sète-Balaruc-Frontignan va muter.

C’est un triangle de 750 hectares dessiné par la limite ouest de Frontignan, le port et la gare de Sète, la RD 2 jusqu’à Balaruc.

On y trouve quelques habitations, des vignes en AOC, une ancienne carrière, des activités portuaires, deux zones d’activités économiques et des friches industrielles en bordure d’étang.

Demain, que fera-t-on sur ce territoire ? ...
Premièrement, les friches industrielles qui bordent l’étang sont amenées à disparaître.

La plupart de ces entreprises, qui, à une autre époque, profitaient d’un accès à la mer via la lagune, ont d’ailleurs déjà cessé toute activité (ou sont sur le point de le faire).

Il s’agit maintenant de les convaincre de faire place nette pour redonner à cet espace une allure plus compatible avec la ressource naturelle qui le borde.

Cet axe devrait ensuite accueillir des équipements liés à la formation (lycée ?), aux sports (palais des sports ?) aux loisirs. Et être desservis par un réseau efficace de transport en commun, en lien avec la plateforme multimodale qu’attend la gare de Sète.

Deuxièmement, les activités portuaires devraient aussi amorcer leurs mutations.

Fini l’industrie polluante et dangereuse. Le port doit devenir une zone de transit de marchandises, et s’étendre à l’est vers la zone Zifmar et les terrains de la Foirfouille. Sur ce point, les élus discutent encore.

Troisièmement, l’activité économique sera maintenue sur les zones actuelles :
  • Eaux blanches et
  • Aquatechnique.
Quatrièmement, l’ensemble du secteur doit également privilégier dans une large proportion les espaces verts et naturels.
Enfin, quant à la RD 600

elle est amenée à devenir un axe de transit important entre le port de Sète, sa base arrière (hinterland de Poussan) et l’autoroute A9...

 

11 réactions

Lou cran dé Bouzigues le 15/12/2011, 07h49

Entièrement d'accord avec JC? (tu ne serais pas le fils d'un certain J-C :-) ? ). Laisser la Nature reprendre ses droits la première chose intelligente que j'ai entendue depuis longtemps..

Le Lorrain le 22/11/2011, 10h32

Quel bon endroit pour y installer "l'hinterland" que des inconscients veulent mettre à Poussan.

bebel34 le 22/11/2011, 13h27

réponse au lorrain je suit pas d'accord avec toi retourne en Loraine
pointe a pôle emploi

boubroune le 22/11/2011, 09h16

Ne restez le nez sur le financement des travaux de nettoyage ! c'est vous qui paierez . Point et ensuite , là est le problème , on va y faire les lieux de séjour.
Soit des HLM ' à la façon d'Hérault Habitat c'est la solution Bouteflica -et -Maroc , soit celle des "gens du voyage" et des leurs "zassociations "
Qu'en pensez vous ? Pour aller à Balaruc- Carrefour ça va être du propre

ZeToub le 22/11/2011, 10h17

Voir les propositions de Tous Pour Sète concernant ce triangle lors des dernières élections municipales. Rien à voir avec vos anticipations douteuses voire scabreuses mais quoiqu'il en soit anonymes...

isa341 le 22/11/2011, 08h29

J'aime beaucoup le "il s'agit maintenant de les convaincre de faire place nette", les usines qui ferment ne devraient-elles pas être obligées de nettoyer à leurs frais et non aux frais du contribuable au lieu de laisser les bâtiments se dégrader petit à petit et faire "tâche" dans le paysage !

Yvan81 le 22/11/2011, 13h17

en effet..... voir l etat du terrain laisse par Mobil a proximité même du centre de Frontignan.. et que font les élus ? ou, peut être, que peuvent ils faire contre ces grandes firmes, Mobil et BP. A mon sens il faudrait s attaquer a leur image en montrant les choses via le plus de médias possibles. Car en plus ils se disent responsables et arrivent a s en convaincre.

dam914 le 22/11/2011, 07h10

Et l'argent pour ces beaux projets il sort d'ou? d'emprunts qui vont encore asphyxier les contribuables locaux et creuser un déficit public qui nous fait aujourd'hui tant de mal ? C'est beau les projets mais hélas c'est un territoire pauvre qui n'a pas les moyens financier de ses ambitions, alors vivons avec ces verrues dans notre paysage et messieurs les élus prenez conscience qu'un territoire reflète sa richesse, et dans ce cas sa pauvreté!! pensez donc plutôt à créer de la valeur que des ronds points avec son olivier au milieu.

LA NEWS le 21/11/2011, 23h05

Super ! un super projet pour toute cette zone. Cela prendra le temps qu'il faudra mais l'idée est là. Arrêtez de toujours tout critiquer, chaque initiative. Et vous que faites-vous pour améliorer notre cadre de vie ? si vous mettiez toute votre énergie à aider, les projets iraient beaucoup beaucoup plus vite.

trix le 21/11/2011, 17h47

le temps que nos " cerveaux " réfléchissent , qu'ils décident , et passent aux actes , il faudra plusieurs générations pour qu'un projet voit le jour !

JC le 21/11/2011, 16h29

Aie, aie, aie.
J'ai peur des "bonnes idées" de nos élus.
Pourquoi ne pas laisser la nature reprendre ses droits. Le temps fera son œuvre.

25/06/2010

Sète – Projet ZAC EST

Midi Libre Édition du jeudi 24 juin 2010

De 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux vont sortir de terre

DR

Sète - de 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux vont sortir de terre

Le projet de Zac Est a été présenté mardi soir en conseil municipal

Les premières esquisses du nouveau quartier de Sète, la fameuse Zac Est, ont été présentées aux élus mardi soir par la SA Elit, qui pilote le projet.

La future zone s'étendra le long du canal de la Peyrade, côté sud.

Grosso modo, cette zone englobera le Mc Do, la clinique Sainte-Thérèse, l'avenue du Maréchal-Juin, et s'étendra sur près de 19 hectares.

Le projet prévoit 110 000 m² d'habitations et 70 000 m² de commerces et d'activités.

Les premiers coups de pioche sont prévus en 2011. Le chantier devrait durer une quinzaine d'années.

De 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux, doivent sortir de terre, répartis sur des immeubles de trois à sept étages. Une tour de 45 m de haut est programmée.

L'urbanisation s'articulera en îlots autour d'un nouveau boulevard urbain débouchant sur l'avenue du Maréchal-Juin.

Cinq mille habitants sont attendus dans ce nouveau quartier. Commerces et activités occuperont les rez-de-chaussée. Des surfaces de bureau sont également prévues.

Quelle méthode ?

Actuellement, une soixantaine de propriétaires possèdent ces 180 000 m² de terrain.

La SA Elit se portera acquéreur de toutes les surfaces sur lesquelles est prévu le passage des voies de circulation. Et rachètera également les zones à la vente. A charge ensuite à la société d'économie mixte de les revendre aux promoteurs.

Mais les propriétaires pourront aussi décider de mener leur propre projet sur les terrains qu'ils possèdent, à condition de respecter le cahier des charges de la Zac, et de participer financièrement à l'aménagement public de la zone (des routes mais aussi de la viabilisation, etc).

Quant à ceux qui ne souhaiteraient ni vendre, ni mener leur propre projet, ils seront sous la menace d'une expropriation.

La première étude, financière équilibrée à 47 M€, prend en compte le coût d'acquisition des terrains et la participation des porteurs de projets.

Quid des emplois actuels ?

Sur l'emprise de la future Zac, on compte aujourd'hui une trentaine d'entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires de 107 M€ et emploient 330 personnes.

Ces entreprises ne pourront pas maintenir leur activité sur place et devront selon toute vraisemblance s'installer ailleurs et / ou envisager pour leurs salariés une reconversion.

C'est en tout cas ce qu'a précisé mardi soir le directeur de la SA Elit Henri Dorne.

Édition du jeudi 24 juin 2010

Pour Jacques Montagard, « trop de précipitation »

Photo S.C.

Pour Jacques Montagard, « trop de précipitation »

Le membre du groupe Tous pour Sète, ex-directeur départemental de l'Equipement, est l'un des rares élus - majorité et opposition confondues - à avoir étudié le dossier

Vous avez dénoncé mardi soir lors du conseil municipal un projet démesuré. Pour quelles raisons ?

En 2008, on nous a présenté avec le Plan d'aménagement et de développement durable un document de calibrage qui prévoyait à l'horizon 2015 la construction de 1 450 logements. Aujourd'hui, avec les projets réalisés et les projets en cours, on va largement dépasser cette limite.
Nous n'avons rien contre l'urbanisation et la densification de l'habitat mais il faut être raisonnable. Le projet évoque une tour de 45 m de haut. Et des immeubles de sept étages. Lors de ses vœux, le maire avoir dit vouloir tirer la ville vers le haut. Je comprends mieux aujourd'hui ce qu'il sous-entendait.

Vous dénoncez également la précipitation de la majorité ?

On a l'impression que le maire veut prendre de vitesse le futur Plan de prévention des risques d'inondations qui établira vraisemblablement des contraintes sur cette zone. Je subodore qu'il souhaite engranger ces 180 000 m²  de plancher avant que ce PPRI ne soit trop contraignant.

Le devenir des entreprises actuellement sur place et le manque d'équipements publics vous inquiète également ?

Il y a sur place aujourd'hui des emplois plutôt industriels. Et on prévoit des immeubles de bureau. A moins qu'un manutentionnaire se recycle en comptable, je crains qu'il faille délocaliser ces emplois. Mais pour les mettre où ?
Quant aux équipements publics, le document parle d'emplacements préférentiels, pas d'emplacements réservés
. C'est ce qui nous inquiète. Ce quartier va regrouper 5 000 habitants. On ne parle ni de mairie annexe, ni de maison de quartier, ni de lieu de loisirs.

Commentaires sur “Tous pour Sète”

 

 

Conseil municipal du 22 juin 2010 - Trop, c’est trop ! Surtout si c’est mal !

Intervention Jacques MONTAGARD & Hélène CAPMAS : http://www.touspoursete.fr/IMG/pdf/ZAC_entree_EST_CM22jui...

REPÈRES

Le détail du vote

Justifiant leur position par un excès de précipitation de la part de la municipalité, les élus du groupe d’opposition Tous pous Sète ont demandé le retrait de la délibération et ont refusé de participer au vote. De son côté, Marion Devineau a dénoncé un « massacre à la bétonneuse)> et s’est prononcée contre le projet

Le maire absent des débats

François Commeinhes qui possède un terrain sur la zone concernée, s’est retiré de la salle du conseil pendant le débat sur le projet de Zac Est pour éviter tout conflit d’intérêt. Janine Léger n’a pas manqué de s’en étonner. « Je suis ravie de voir le maire aussi respectueux des convenances :je l’ai connu moins â cheval sur les principes lors de son premier mandat, quand il a fait voter et o lui-même participé au vote de la création de cette Zac et d’un aménagement concernant le même bien personnel, sans que jamais celui-ci n’ait été nommé explicitement dans la délibération », a-t-elle commenté.

Epais dossier et réflexe pavlovien

Le dossier de présentation du projet, particulièrement épais, n’a été disponible pour les élus de l’opposition que vendredi dernier. Ce qui a provoqué la colère de Marion Devineau.
Jacques Montagard, lui, avait pu en obtenir une copie plus tôt, en commission d’urbanisme. Et l’a étudié dans le détail. Contrairement à bon nombre d’élus de la majorité. C’est en tout cas ce que n’a pas manqué de dénoncer l’opposition. «Sur un projet qui engage l’avenir de la ville, vous votez sans vous poser de questions, dans un réflexe pavlovien.»

23:54 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.4 ZAC EST - Entrée de Ville EST | Lien permanent | | Tags : zac | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |