Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/12/2008

FAP: Rapport 2009 sur l’état du mal-logement en France

29/12/2008 - Communiqué de la fondation Abbé Pierre http://www.fondation-abbe-pierre.fr/publications.php?filt...

 

Prochaine présentation du Rapport de la Fondation le mardi 3 février 2009 à la Maison de la Mutualité (Paris V).

 

Dans un contexte social particulièrement préoccupant qui accentue la dégradation de la situation des mal-logés en France, le prochain rapport de la Fondation Abbé Pierre s’arrêtera notamment sur les thématiques suivantes : la situation des personnes âgées, la dérive des territoires d’exclusion et l’analyse des politiques publiques avec un regard particulier sur le Droit au logement opposable.

L’augmentation de la population âgée suscite de multiples interrogations chez les acteurs du logement. Le minimum vieillesse actuel se situant au dessous du seuil de pauvreté (normes européennes), les personnes âgées sont appelées à se retrouver en grand nombre parmi les exclus. Leur situation conduisant inéluctablement à une réorganisation de la vie et à un nouveau rapport à l’habitat. Comment et où se loger quand les ressources diminuent ou lorsque survient la perte d’autonomie ? Des questions que la Fondation Abbé Pierre a voulu poser et développer.

D’autre part, les travaux effectués dans le cadre des précédents rapports avaient permis de constater que les populations et leur habitat se répartissent sur des territoires donnés selon différents paramètres : leur accessibilité vis-à-vis des pôles d’emplois, leur niveau d’équipements, la forme urbaine, les services scolaires, etc...

Il en résulte que les territoires concernés par le mal-logement sont souvent les secteurs les plus stigmatisés des agglomérations, où se concentrent les ménages pauvres ou modestes. La banlieue révèle aujourd’hui des trajectoires résidentielles contraintes par la crise du logement et qui renforcent les ségrégations socio-spatiales.

Autant de territoires qui fonctionnent comme des « nasses », des lieux spécialisés dans l’accueil des plus démunis d’où il est très difficile de sortir…

Enfin, deux ans après l’annonce de son instauration, on dispose enfin des premiers éléments permettant de s’interroger sur les espoirs suscités par le du Droit au logement opposable et sur la portée des politiques publiques qui peuvent en accompagner sa mise en œuvre.
Forte de ces analyses, la Fondation Abbé Pierre formulera également de nouvelles propositions pour contribuer à résoudre une situation sociale extrêmement préoccupante au regard de l’accès et du maintien dans le logement et les risques d’aggravation...

 

15/12/2008

Un nébuleux PADD

Télécharger le PADD  Version officielle de la Ville

Un projet qui manque de précisions, planifié à la louche et caractérisé par une absence totale de coordination, en tout cas pour le commun des mortels sétois.

Bref des gages de réussite qui brillent par leur absence, malgré l'acharnement thérapeutique de certains amis de Monsieur le Maire pour le défendre.

  • Le débat ouvert par Madame DEVINEAU au sein de la majorité est parfaitement justifié de ce point de vue.
  • Les lacunes pointées par l'opposition, aussi.

Est-ce que cela débouchera prochainement sur un débat constructif ?

Par exemple, comment favoriser l'implantation d'entreprises et l'investissement privé en complément des investissements de la région sur le port ?

Sans négliger les conséquences de l'accroissement de population sur l'environnement !

Gageons que le "haut responsable" du nouveau service "Développement Durable" sous la direction de l'adjoint délégué à l'environnement, rattaché directement à la Direction Générale, s'il ne passe pas son temps à chercher les calories perdues dans les bâtiments énergivores de la ville, pourrait peut-être, si on ne lui confie pas une mission trop terre à terre, faire oeuvre durable, dans ce sens ?

01:16 Publié dans Actualités | Lien permanent | | Tags : actualité, devineau, padd | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

09/12/2008

Midi Libre Sète 8/12/2008 : Interview Marion Devineau

Midi Libre Sète 8/12/2008 : Marion Devineau "J'ai votté contre le PADD, je n'ai pas eu le choix "


Nom : Devineau
Prénom : Marion
Age : 50 ans
Profession : agent commercial.
Signe particulier : conseillère municipale en charge des espaces verts, elle s'est opposée, lors du conseil du 28 octobre dernier, à ce que le projet d'aménagement et de développement durable de la ville figure à l'ordre du jour.

A sa demande, la délibération a donc été reportée au 25 novembre et adoptée ce jour-là. Marion Devineau a voté contre.

 

 Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ?

 Je suis abasourdie par le langage guerrier qu'a tenu le maire (Ndlr, "On ne peut pas être dans une équipe et tirer du camp adverse"). C'est un peu excessif. Je ne me voyais pas comme un ennemi.

Quand le maire m'a demandé de démissionner, j'ai d'abord été en colère. Puis triste et inquiète. Je me fais du souci pour Sète. Le maire veut que rien ne contrecarre ses projets. Comment le freiner dans son élan ? Le plan local d'urbanisme devrait livrer la ville aux promoteurs. Ce n'est pas mon idée de Sète.

Et puis, quand il parle des navettes fluviales, je me dis qu'après les routes remplies de voitures, les canaux vont être remplis de bateaux. La petite nappe de pétrole, à côté, sera ridicule. Bref, ça va être Shanghaï, Tokyo ou Dubaï, une course au gigantisme. Ça me fait peur.

 

Comment, le maire et vous, en êtes-vous arrivés là ?

 Pour moi, tout ça, c'est un échec. Je pensais que le maire avait l'intention de prendre mon avis. Il connaît mon caractère.

 

Pourquoi avoir voté contre ?

Je n'ai pas eu le choix. Puisque je n'ai pas été entendue. Mais j'ai signé et je ne démissionnerai pas.

 Oui, mais vous faites partie de son équipe, vous votez contre sa politique. Sa décision peut paraître logique...

 

Pour moi, le PADD, c'était vague. On n'est jamais rentré dans les détails. J'avais demandé, pourtant. Alors peut-être que tout le monde les connaissait, mais moi, non. Effectivement, il y avait des grandes lignes. Se loger, trouver un emploi. Mais derrière ? J'avais décidé de participer à sa liste mais pas seulement pour déterminer la couleur des massifs de fleurs.

Fallait-il vraiment s'opposer à ce vote ?

 Le maire connaît mes positions. Pourquoi m'a-t-il demandé de venir, alors ? Je n'ai pas la science infuse, j'accepte les arguments. Mais dire "Les Sétois ont voté pour nous, c'est comme ça"... Il retire la délibération pour qu'on en parle et on n'en parle pas. Le PADD, c'est quoi ? Un catalogue d'intentions. L'enfer est pavé de bonnes intentions. Je me souviens qu'un cabinet nous avait présenté une vision de Sète dans le futur. C'était de la science-fiction. Il ne manquait plus que les ovnis. On n'entendait plus les voitures, il n'y avait plus de nappes de pétrole. C'était le monde des Bisounours.

 Et s'il vous prive de délégation ?

Les gens jugeront. Quant aux autres élus, il va falloir qu'ils se rendent compte de ce qui se passe. Ils espèrent encore pouvoir débattre. Mais ce n'est pas vrai Quand même... Je demande des explications et on me vire. C'est un crime de lèse-majesté ? Entre solidarité et complicité, il y a un fossé. C'est dommage car je me suis attachée au personnel municipal des espaces verts. J'espère quand même que la décision du maire n'est pas définitive. Je vais rester. Et, pendant cinq ans, je le vais marquer à la culotte sur l'urbanisme.

 

Envisagez-vous une conciliation ?

Pour acquiescer benoîtement, non. Pour garder ma liberté d'expression, oui. Je suis au service des Sétois, pas du conseil. Mais je ne vois sur quoi il peut céder. Je demande néanmoins une discussion. Car on peut parler, avec moi. Je n'ai pas d'a priori. S'il accepte, ce serait un signe fort, celui qu'il tient ses promesses d'ouverture et de démocratie.

 

Recueilli par Yohan DOUCET

00:18 Publié dans Actualités | Lien permanent | | Tags : actualité, devineau, padd | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |