Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2009

Midi Libre Sète 27 Juin – Port, Giordano : « La Région remet peu à peu de l'ordre »

Témoignage : La propreté des canaux, comme celle de la Ville, est le reflet de l’attitude des pouvoirs publics. Quand les autorités ferment les yeux, c’est un encouragement permanent aux incivilités !

Édition du samedi 27 juin 2009

Le vice président de la Région délégué aux ports s'explique sur les travaux qui vont débuter à l'automne dans les canaux et les bassins portuaires

Jeudi le conseil régional a voté 1,1 M€ de travaux dans le port, de quoi s'agit-il ?
Nous allons remettre en état les fonds des bassins et des canaux du port. Ils sont parsemés d'épaves de toutes sortes et de débris portuaires éparpillés. Ce chantier concerne les bassins Orsetti, Criée, Midi, Nouveau bassin, Colbert et les canaux urbains.

Quand se dérouleront ces travaux ?
Les études sont lancées, ils devraient donc débuter à l'automne. Des sociétés spécialisées ont la charge de cette mission qui va nécessiter du matériel maritime lourd. Il faudra retirer les différents obstacles à des profondeurs pouvant dépasser les 12 mètres. Par ailleurs, des moyens anti-pollution seront mis en place pendant toute la durée des travaux. On ne draguera pas mais on enlèvera les objets.

Pourquoi lancer ces travaux de "nettoyage" ?
Nous remettons en état et en ordre notre propriété. Aujourd'hui, le danger existe, des épaves de barques, des machines à laver, des voitures sont au fond. Et au delà, la fin de ces pollutions visuelles marque aussi notre ambition pour le port de Sète.

Depuis quand ce type d'intervention n'a-t-elle pas été réalisée dans le port ?
Des associations étaient intervenues ponctuellement il y a quelques années. Là, nous intervenons à une échelle professionnelle et sur l'ensemble du port. On espère ensuite une prise de conscience des usagers et de l'ensemble des collectivités partenaires pour inciter au civisme car vu le coût de l'opération, 1,1 M€, ce n'est pas reconductible tous les ans.

Recueillis par J.-P. S.

Vos réactions

27/06/2009 à 15h46 | bcat34200

"Les études sont lancées, ils devraient donc débuter à l'automne" on peut se demander de quelle année compte tenu des délais administratifs et des procédures régionales. Nettoyer les fonds c'est bien surtout que çà ne se voit pas et donc peu médiatique. Pour ce qui se voit, les ponts de Sète y a t-il un espoir de les voir repeints avant les régionales ! (En principe c'est nécessaire tous les 7 ans) Au delà du simple aspect peut-on espérer voir tomber les limitations de charge ? (Plutôt que les ponts)

27/06/2009 à 11h03 | villeroy

Les décharges sauvages dans la nature terrestre ou dans les eaux marines (d'un port, d'une côte,...) reflètent souvent un manque d’éducation, une paresse, composants de l'incivisme, ou de centres de tri des encombrants difficilement accessibles, ou manquants. Si, de plus, les "Autorités" ferment les yeux, pourquoi se gêner et, question annexe, à quoi servent-elles donc?.

27/06/2009 à 07h10 | delebar

j'ai pendant une trentaine d'années travaille pour le port de Sète sur et sous l'eau. Je peux affirmer que la majeure partie des pollutions viennent des professionnels de la mer,sociétés de nettoyages travaillant pour la CCI ou les compagnies maritimes et les pécheurs des petits métiers aux thoniers.Il faut savoir que les autorités maritimes que ce soit:les affaires maritimes,le service maritime ou la capitainerie étaient parfaitement au courant de ces faits et qu'elles fermaient les yeux. Il serait donc souhaitable en parallèle de ces travaux de nettoyages de responsabiliser les professionnels des canaux à plus de civisme. Et aux autorités compétentes à faire payer les pollueurs,comme cela se pratique pour les pétroliers;sachant que ce soit les pécheurs ou bien les portuaires ceux-ci reçoivent suffisamment d'aides et de subventions pour avoir un comportement responsable.Quand aux plaisanciers même si leur impact sur le milieu est moindre une participation sous forme de taxe à l'anneau ne me parait pas incongrue, qu'elle soit utiliser bien sur pour améliorer l’état des canaux.

Quartiers dégradés: calendrier PNRQAD

• Dans sa dernière lettre d’information, l’ANAH rappelle que les collectivités ont jusqu'au 31/7/2009 pour adresser leur dossier de candidature au ministre chargé du logement au titre du programme quartiers PNRQAD (voir Lettre PACT n° 16 du 29/5/2009).

• Les dossiers feront alors l'objet d'un examen et d'un avis au niveau départemental (DDEA) et régional (DREAL/DRE) avant le 30 septembre.

• La commission PNRQAD (DHUP, ANAH, ANRU et PNLHI) se réunira en octobre2009.

A propos du PNRQAD (Programme National de Réhabilitation des Quartiers Anciens Dégradés), notre Maire, monsieur COMMEINHES nous a rappelé  lors de la réunion de quartier des “4 Ponts”, qu’il était allé récemment présenter et défendre la candidature de Sète, au Ministère de Mme BOUTIN. 

Il a déclaré à cette occasion que si nous faisions partie des 20 communes sélectionnées :

“ … ça nous permettrait d’obtenir entre 7 à 15 millions d’euros; ça pourrait donner un coup de booster pour  réhabiliter certains quartiers comme actuellement mais surtout ça nous permettrait d’acheter certains immeubles pour pouvoir les raser, ne pas avoir à les reconstruire sur place obligatoirement,  parce que si  on a des financements naturellement ça permettrait de les raser , d’aérer certains quartiers, de faire des curetages en cœur d’îlot,  pour aérer et  créer des places de stationnement,   créer des places de promenades,  ou aérer tout simplement l’ensemble de ce quartier qui est assez dense.

Midi Libre 28 Juin – Football - Fred Remola règle ses comptes

Édition du dimanche 28 juin 2009

DR

C.F.

LIRE AUSSI

Après la liquidation judiciaire du clubLe club a tenu son assemblée générale jeudi soir

Remercié mardi soir, le technicien rejoint la Pointe-Courte

Quel est votre sentiment maintenant que la page FC Sète est tournée ?
J'aimerais rappeler que quand Laurent Besson et moi sommes arrivés, nous avions déjà tous les éducateurs contre nous, qui avaient plébiscité Gilles Beaumian. Après le départ de Laurent, ce qui m'arrive est donc logique. Contrairement à eux, je n'ai pris personne en défaut et mon honnêteté reste ma qualité première. Mais je ne leur en veux pas. Quand on connaît les salaires perçus et que l'on sait que certains tueraient père et mère pour avoir un peu de crédibilité, je trouve normal qu'ils m'aient poussé vers la sortie. Je vais donc retourner dans mon "petit" club de DH mais personne ne nous enlèvera notre réussite sportive.

A propos des salaires justement, le vôtre a été annoncé publiquement. Quelle est votre réaction ?
Quelle indécence ! Mais puisque Mr Di Tucci veut parler chiffres, on peut déballer. Cette année, on avait un éducateur qui était plutôt bien payé pour faire trois heures par jour, quand il y pensait ou quand il n'était pas en retard pour cause de double emploi. L'intendant, pour laver les maillots, poster le courrier, faire le café et entraîner trois fois par semaine les benjamins, touchait également une belle indemnité. D'ailleurs, si je fais un appel d'offre pour ce poste, j'ai la moitié de la ville devant chez moi demain matin. Et il y avait celui que j'appelle le magicien des chiffres et des comptes, plutôt bien payé pour le résultat. Avec ce que vont toucher l'entraîneur et son adjoint, nous arrivons à une enveloppe de 5 370 € par mois.
Et quel est le problème ?
Le problème, c'est que si Mr Di Tucci avait pris la peine de me consulter, il aurait appris que Héric Isola et moi étions prêts à travailler gratuitement. Seuls les entraîneurs des deux équipes seniors auraient été payés, avec une enveloppe ne dépassant pas 1 800 €. Entre 5 370 € et 1 800 €, je comprends mieux le choix du président. Mais il est vrai qu'il est architecte et non pas comptable...
Et en ce qui vous concerne ?
Il va falloir que je revoie mon contrat car, visiblement, ils me doivent de l'argent ! Mr Di Tucci a eu l'art - c'est son métier - de faire du neuf avec du vieux et d'avoir communiqué un salaire que je n'ai jamais perçu. Mon revenu était de 3 300 € brut, ce qui était raisonnable pour un entraîneur de National.
Qu'attendez-vous pour la Pointe la saison prochaine ?
Malgré le fait qu'il n'y a plus trop de différence entre les deux clubs, j'apprends que l'on alloue une subvention de 180 000 € au FC Sète et qu'à la Pointe, ce sera 53 000 €. Le niveau ne justifie plus une telle différence. Je m'adresse à monsieur le maire. Avons-nous laissé mourir un club mythique pour faire des économies ? Je lui propose de diviser cette subvention en deux (90 000 € chacun) et de juger les gens sur leurs compétences sportives et leur gestion financière. Cela lui permettra, en plus, d'économiser 53 000 € car, aujourd'hui, il faut quand même régler 110 000 € minimum de déficit, plus un reliquat de l'Urssaf dont on ne connaît pas le montant.
Cela dit, je doute que les personnes concernées auront le courage de le faire.

Vous partez donc avec une énorme amertume...
Cette mise au point sera la dernière. Mais je veux aussi remercier beaucoup de personnes. Il y a eu Marcel Salerno qui a été à la hauteur de nos ambitions et, surtout, un homme de parole. Mais aussi Messieurs Roux et Arab qui ont participé au déplacement à Croix-de-Savoie, tous nos supporteurs et surtout mes joueurs qui nous ont fait vivre cette année ce qui sera peut-être l'une des plus belles aventures humaine et sportive de notre vie. Aujourd'hui, pour Christophe Archimbeau et moi commence un autre défi. Après s'être battus pour la survie du FC Sète, nous allons nous battre pour la Pointe-Courte. A Sète, par temps de mistral, le roseau plie mais ne casse jamais. Nous continuerons à faire passer notre message, celui de la passion, de la sincérité, du respect et de l'humilité.

Recueilli par Jérôme BELLUIRE

00:18 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : fc sète | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |