Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/12/2009

Un historique de la Grande Motte, célèbre station balnéaire

Dans les années 50, ce petit bout de littoral qui appartient à la commune de Mauguio est un paradis pour les chasseurs et autre braconniers ; ici, la faune et la flore sont riches et le biotope est similaire à celui de la Camargue.

A Paris, le Général De Gaulle et son gouvernement envisage une politique d’aménagement du territoire, la France en a  grandement besoin.

Et puis c’est les trente Glorieuses. Ils souhaitaient créer, ex nihilo, une station française capable d’attirer les nombreux touristes en partance, généralement, pour les côtes espagnoles.

En 1962, le projet est alors confié à Jean Balladur architecte et frère du célèbre politicien Edouard.  De retour d’un voyage au Brésil, toujours dans la même année, Jean Balladur a l’idée de travailler le béton, fortement inspiré par les œuvres d’Oscar Niemeyer, architecte de Rio de Janeiro. Le béton armé en séchant s’adapte parfaitement aux divers moules.

En 1964, il présente son projet. La seconde inspiration de l’architecte est de construire des immeubles qui rappellent
les célèbres pyramides de Teotihuacán, au Mexique.

Ses confrères critiquent ouvertement son projet, le béton est un matériau froid et les pierres donneraient plus de quiétude aux touristes. A cette époque, le béton est plutôt utilisé pour les cités dortoirs qui sont tout le contraire de beaux immeubles touristiques.

Dernier point sur l’usage du béton, c’est Joseph Monier l’inventeur du béton armé en 1848, un jardinier du Duc d’Uzès,natif de Saint-Quentin La Poterie, dans le Gard.

La première drague débarque en février 1964. Nouveau fait marquant : le quartier prendra le nom de "Point Zéro".Discutable !

Le 1er octobre 1971, la Grande Motte devient une commune qui est détachée de Mauguio. Suivra le 15 du mois, un référendum pour baptiser ses 2 170 habitants : ils seront les"Grands-Mottois" et "Grandes-Mottoises" pour ses dames.

C’est aussi cette année là que fût posée la première pierre de l'église Saint-Augustin, proche du théâtre de Verdure.

Aujourd’hui la Grande Motte est moderne et séduit de nombreux vacanciers, la région est prospère et dynamique en terme de tourisme. Les petits ports de pêches, comme Le Grau du Roi, Palavas et Carnon jouissent parfaitement de cette nouvelle industrie de masse.

Vidéos INA :
http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/I0001...
http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-ur...
http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-ur...
http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-ur...

15:48 Publié dans 4.2 Politiques locales du Logement | Lien permanent | | Tags : la grande motte | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

22/12/2009

GAZETTE SETE 17.12.09 Commeinhes “Nous allons mettre fin à l’habitat insalubre»

Dans la foulée du lancement de la 5e procédure de déclaration d’utilité publique (DUP) sur le quartier des 4 Ponts et l’Ile Sud, François Commeinhes nous présente une nouvelle procédure d’aménagement liée à loi MLLE, plus intéressante, pour ceux qui seront concernés,  que la formule précédente dite Programme de Restauration Immobilière” (PRI) où les opération de rénovation immobilière sont pilotées par des DUP et les subventions des propriétaires occupants les moins fortunés limitées à 30-35% des travaux ordonnés par la Ville.

PNRQAD - Loi MLLE

Commeinhes :“Nous allons mettre fin à l’habitat insalubre

La Ville de Sète est choisie par l’État parmi 87 villes dans le cadre d’un plan de réhabilitation de l’habitat dégradé de 380 millions d’euros.

Au total, le périmètre choisi compte 9400 habitants et près de 7000 logements, soit 22% de la population totale de la ville”, souligne François Commeinhes, le maire de Sète.

Travaux en 2010

Le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés a été lancé le 25 mars 2009 : 87villes ont posé leur candidature. Le mercredi 9, 40 dossiers ont été retenus et présentés en conseil des ministres. Le décret arrêtant les périmètres des quartiers retenus sera publié avant la fin de l’année. La signature des conventions avec les villes interviendra en début d’année. Les travaux pourraient commencer dès le premier semestre 2010.

La Gazette: Sète vient d’être sélectionnée parmi 8 villes pour faire partie du programme national de requalification des quartiers anciens. Ça veut dire que l’image dégradée du centre- ville va enfin changer?

François Commeinhes: C’est une bonne opération pour Sète qui a été choisie en Conseil des ministres parmi les vingt-cinq villes qui vont pouvoir se partager 380 millions d’euros dans le cadre de la réhabilitation des quartiers anciens. Non seulement permet de rénover l’habitat, mais aussi de créer des emplois dans le cadre de ces gros chantiers. A Sète, une partie de l’habitat est insalubre et ce programme va permettre d’y remédier.

Concrètement, qu’est-ce qui va changer dans les quartiers concernés?

Dans tout le périmètre (Révolution, Cœur de ville, Quartier Haut et flot Sud l’idée est de remettre le citoyen au cœur de la ville, notamment en réfléchissant à l’intégration des commerces, des logements et des services sportifs et culturels. Certains ilots pourraient être détruits afin d’aérer les quartiers. L’idée est aussi de profiter de ce programme national de requalification et du fait que Sète a été choisie dans le cadre du Plan climat au niveau régional pour réhabiliter les immeubles et les quartiers tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, notamment en - créant des sentiers piétonniers et zones limitées à 30 km/h.

Est-ce que ce programme permettra de résoudre en totalité l’épineux problème de l’habitat insalubre?

Le choix de Sète s’est appuyé sur les avis des commissions et terme d’enjeux, de pertinence des actions proposées et d’opérationnalité. Dans le périmètre sélectionné, l’opération concerne environ 850 logements au centre-ville et 750 logements sur le secteur île Sud. Au total, le périmètre choisi compte 9400 habitants et près de 7000 logements, soit 22 % de la population totale de la Ville. Environ 30% des logements peuvent être qualifiés de logements méritant d’être réhabilités. Cette situation n’est hélas pas nouvelle. Elle tient souvent au fait que par le passé, les propriétaires ont laissé les immeubles dépérir. La signature de conventions interviendra avant la fin de l’année et le décret sera publié dans la foulée. Les travaux pourraient commencer dès le premier semestre 2010, mais l’opération s’étalera sur sept ans.

Sur les 380 millions d’euros accordés aux villes sélectionnées, Sète aura environ 15 à 20 millions, c’est suffisant?

L’opération consiste à réhabiliter des logements privés, à produire des logements sociaux et des places d’hébergement, développer des services et des équipements mais aussi aménager des espaces publics... L’aide apportée par l’État dans le cadre des chantiers qui seront menés s’élèvera à environ 25 % Le reste sera financé à hauteur de 25 % par la Ville et Thau agglomération, et 50 % du coût des’ travaux seront financés par les propriétaires privés.

Vous allez les obliger à payer?

L’idée n’est pas de contraindre, mais d’inciter les propriétaires. Cela dit, vous que le dossier de Sète soit retenu, la Ville a dû faire vite, parce que l’appel a candidature a été lancé au mois de mai et qu’il fallait rendre un dossier complet fin juillet il a aussi fallu montrer qu’elle avait les capacités de mener à terme ce projet. Et donc, la Ville pourra prendre, en dernier recours, la décision de lancer une Déclaration d’utilité publique s’il le faut.

PROPOS RECUEILLIS PAR
LAURENT CZERNIEJEWSKI
Iaurent.cz@gazettedesete.fr

17:51 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.1 PNRQAD | Lien permanent | | Tags : pnrqad, mlle | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

17/12/2009

Sete. Centre-ville Tous pour Sète s'est exprimé sur la DUP

Édition du jeudi 17 décembre 2009

DR

DR


Dans l'article consacré mardi à un vote de la majorité municipale concernant une nouvelle demande de DUP (déclaration d'utilité publique) sur le quartier des Quatre-ponts, nous estimions que ce point sensible du conseil municipal était passé « comme une lettre à la poste ». Qualification quelque peu triviale, il est vrai, ou tout au moins un peu courte pour les élus du groupe d'opposition Tous pour Sète, qui rappellent leur position sur le sujet dans un communiqué adressé à la rédaction :

« Bien que fondamentalement d'accord sur le principe de rénovation de l'habitat », les élus de Tous pour Sète « contestent les méthodes et les moyens de la municipalité pour y parvenir. Jacques Montagard et Janine Léger sont une nouvelle fois intervenus au dernier conseil municipal pour dénoncerle manque d'accompagnement social dans de tels types d'opérations. Ils ont mis l'accent, entre autres, sur l'absence d'appartements pour du relogement temporaire... et rappellent qu'ils ont voté contre la délibération... »

Marion Devineau avait, elle, demandé que soit mise en place une véritable concertation et que soit consultés les résidents des immeubles concernés.

22:58 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.2 PRI Ile Sud DUP5 | Lien permanent | | Tags : pri ile sud dup5 | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |