Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2010

Que fait-on dans cette commune UMP, qui n'est pas Sète, pour résoudre le problème des logements insalubres ou celui des marchands de sommeil ?

Ceci est un extrait de l’article du 23 février 2010 paru sur le blog 7àSept qui depuis fin avril a cessé sa publication et nous prive à notre grand regret de son franc parler. A l'occasion de la parution de l'article de Force Citoyenne du 1e mai sur le même sujet, nous le remettons en tête de nos billet.

 

 

 

Que fait-on dans cette commune UMP, qui n'est pas Sète, pour résoudre le problème des logements insalubres ou celui des marchands de sommeil ?

D'abord, on a commencé par installer dans les quartiers visés par une restauration immobilière, un bureau d'accueil pour les propriétaires et locataires afin de les informer de leurs droits mais aussi de leurs devoirs.

Ainsi, la Loi SRU 2000 et son décret de 2002 sont suffisamment clairs pour mettre en place une rénovation urbaine : point par point on y explique ce que doit être la surface minimum de chaque pièce, son niveau de confort (eau, électricité, chauffage..) et son état (gros œuvre, ventilation, luminosité, sécurité..).

De son côté, la Mairie fait la chasse aux marchands de sommeil mais aide aussi les propriétaires les moins fortunés à retaper leurs logements : aides encore plus conséquentes si le logement est conventionné.

Pour les cas graves et exceptionnels des marchands de sommeil, cette Mairie UMP  a recours au Préfet et à son pouvoir coercitif, mais aussi aux Impôts et à la CAF, ce qui suffit la plupart du temps pour effrayer les "méchants". La DDASS est saisi de son côté pour les risques sur la santé.

Mais la majorité des situations relèvent des pouvoirs du Maire. Mises en demeures, vérifications des logements par la Police Municipale avec PV à la clé suffisent pour faire rentrer les récalcitrants dans les clous...

Enfin, pour loger les locataires pendant les travaux, cette Mairie UMP, qui je le rappelle n'est pas Sète, a crée une résidence temporaire car elle estime, à juste tire, que ce n'est pas le rôle d'un bailleur social de suppléer une opération de rénovation urbaine.

Comme on peut le lire et contrairement à ce que nous "vend" la Mairie de Sète (UMP)  depuis un long moment avec l'aide des élus incompétents qui gèrent le dossier "immobilier" (incompétent, c'est pour la gestion du  Fc Sète et le reste, vous aurez compris...)  il n'y AUCUNE obligation à recourir à la "force", une DUP, pour obtenir gain de cause et aller vite. Pas la peine non plus de  déclarer qu'on va mettre la pression sur une SEM, d'exiger plus de transparence, plus de logements HLM. Il faut simplement que le Maire fasse son boulot, que les élus fassent le leur en préparant les chantiers, les relogements, l'information. Et qu'on évite peut être de recourir à des solutions simplistes et dignes d'un régime soviétique pour se simplifier la vie et le travail à faire pour la Collectivité et la Ville.

18:34 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.2 PRI Ile Sud DUP5 | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |