Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2010

LOI SCELLIER : Les pièges à éviter - Etude Crédit Foncier : 60 villes où l'investissement immobilier est à proscrire

Comme le remarque humoristiquement Midi Libre dans son ACTUALI-TEST de ce  Dimanche, avec le lancement de la ZAC Ouest et de la ZAC Est, Sète a gagné 10.000 âmes de plus en 2 jours.

En réalité, même s’il faut de 8 à 15 ans pour arriver à un tel accroissement, on peut se poser sérieusement la question de savoir à qui vont profiter ses logements ?

  1. Première difficulté : Les loyers sétois sont atypiques en ce sens que dans le logement ancien, il est très fréquent d’avoir des loyers privés plus faibles que les loyers conventionnés les plus bas (moins de 300€).  La proportion de personne qui bénéficient de tels petits loyers est suffisamment importante pour qu’il soit difficilement possible de proposer au plus grand nombre des logements sociaux et des aides en rapport avec leurs  petits revenus ou retraites. Ni la rénovation des quartiers anciens ni la construction de nouveaux quartiers ne permettront de trouver des solutions satisfaisantes pour ces personnes.
  2. Deuxième difficulté : Le logement des jeunes. D’une part la démographie des jeunes est loin d’être galopante. D’autre part le développement de l’activité de la région ne donne pas vraiment l’impression qu’on va avoir besoin de tant de logements neufs que ça !

Alors nos 10.000 âmes, ne seront-elles finalement que des âmes de retraités - aujourd’hui encore  un peu - aisés ? Mais demain ?  Bref rien qui ne conforte ce qui se disait déjà en 2009 dans les articles qui suivent !

Loi SCELLIER les pièges à éviter

Etude Crédit Foncier (2009) publiée par les Echos : 60 villes où l'investissement immobilier est à proscrire

Édition du dimanche 27 juin 2010

MIDI LIBRE Sète ACTUALI'TEST

Quel trophée a remporté Bouzigues lundi dernier ?
1. Le titre de champion du monde local des écaillers.
2. Le titre du village le plus tiraillé de France.
3. Celui de l'équipe qui a pu entrer en bottes sur la plage privée la Voile rouge.
Qu'a-t-on organisé au Marchand du sel, rue Sémard, jeudi ?
1. Une course d'escargots.
2. Une réception en l'honneur de la SA Elit.
3. Un truc pour rire car c'est bien connu : on se marre dans la rue Semard (OK, je sors).
Que va-t-on créer le long du canal de la Peyrade ?
1. Un nouveau quartier doté d'au moins 1 500 logements, soit 5 000 habitants.
2. Une statue à l'effigie de François Commeinhes, le maire bâtisseur.
3. Un stade de 100 000 places pour accueillir les supporters du FC Sète et / ou le public du désormais fameux spectacle "Déclame et prends ton luth" programmé dans le cadre du festival de poésie.
Qui a dessiné le nouveau logo de Thau agglo ?
1. Une classe de CM2.
2. Une agence de com.
3. Topolino.
Qui a dit que Midi Libre avait écrit des mensonges au sujet de l'avis défavorable au musée ?
1. Michel Bodart.
2. Pinocchio.
3. Toute la mairie même avec le fameux rapport de la commission de sécurité sous le nez.
Que va-t-on créer à côté de la piscine Fonquerne ?
1. Des marais salants car préserver les zones humides, c'est important.
2. Un nouveau quartier d'au moins 1 500 logements, soit 5 000 habitants. Sète a donc enregistré 10 000 âmes de plus en deux jours.
3. Une table d'orientation donnant sur les nouveaux immeubles du Ramassis.

19:00 Publié dans 3 Opérations d'aménagement | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

25/06/2010

Sète – Projet ZAC EST

Midi Libre Édition du jeudi 24 juin 2010

De 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux vont sortir de terre

DR

Sète - de 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux vont sortir de terre

Le projet de Zac Est a été présenté mardi soir en conseil municipal

Les premières esquisses du nouveau quartier de Sète, la fameuse Zac Est, ont été présentées aux élus mardi soir par la SA Elit, qui pilote le projet.

La future zone s'étendra le long du canal de la Peyrade, côté sud.

Grosso modo, cette zone englobera le Mc Do, la clinique Sainte-Thérèse, l'avenue du Maréchal-Juin, et s'étendra sur près de 19 hectares.

Le projet prévoit 110 000 m² d'habitations et 70 000 m² de commerces et d'activités.

Les premiers coups de pioche sont prévus en 2011. Le chantier devrait durer une quinzaine d'années.

De 1 500 à 1 800 logements, dont 25 % de logements sociaux, doivent sortir de terre, répartis sur des immeubles de trois à sept étages. Une tour de 45 m de haut est programmée.

L'urbanisation s'articulera en îlots autour d'un nouveau boulevard urbain débouchant sur l'avenue du Maréchal-Juin.

Cinq mille habitants sont attendus dans ce nouveau quartier. Commerces et activités occuperont les rez-de-chaussée. Des surfaces de bureau sont également prévues.

Quelle méthode ?

Actuellement, une soixantaine de propriétaires possèdent ces 180 000 m² de terrain.

La SA Elit se portera acquéreur de toutes les surfaces sur lesquelles est prévu le passage des voies de circulation. Et rachètera également les zones à la vente. A charge ensuite à la société d'économie mixte de les revendre aux promoteurs.

Mais les propriétaires pourront aussi décider de mener leur propre projet sur les terrains qu'ils possèdent, à condition de respecter le cahier des charges de la Zac, et de participer financièrement à l'aménagement public de la zone (des routes mais aussi de la viabilisation, etc).

Quant à ceux qui ne souhaiteraient ni vendre, ni mener leur propre projet, ils seront sous la menace d'une expropriation.

La première étude, financière équilibrée à 47 M€, prend en compte le coût d'acquisition des terrains et la participation des porteurs de projets.

Quid des emplois actuels ?

Sur l'emprise de la future Zac, on compte aujourd'hui une trentaine d'entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires de 107 M€ et emploient 330 personnes.

Ces entreprises ne pourront pas maintenir leur activité sur place et devront selon toute vraisemblance s'installer ailleurs et / ou envisager pour leurs salariés une reconversion.

C'est en tout cas ce qu'a précisé mardi soir le directeur de la SA Elit Henri Dorne.

Édition du jeudi 24 juin 2010

Pour Jacques Montagard, « trop de précipitation »

Photo S.C.

Pour Jacques Montagard, « trop de précipitation »

Le membre du groupe Tous pour Sète, ex-directeur départemental de l'Equipement, est l'un des rares élus - majorité et opposition confondues - à avoir étudié le dossier

Vous avez dénoncé mardi soir lors du conseil municipal un projet démesuré. Pour quelles raisons ?

En 2008, on nous a présenté avec le Plan d'aménagement et de développement durable un document de calibrage qui prévoyait à l'horizon 2015 la construction de 1 450 logements. Aujourd'hui, avec les projets réalisés et les projets en cours, on va largement dépasser cette limite.
Nous n'avons rien contre l'urbanisation et la densification de l'habitat mais il faut être raisonnable. Le projet évoque une tour de 45 m de haut. Et des immeubles de sept étages. Lors de ses vœux, le maire avoir dit vouloir tirer la ville vers le haut. Je comprends mieux aujourd'hui ce qu'il sous-entendait.

Vous dénoncez également la précipitation de la majorité ?

On a l'impression que le maire veut prendre de vitesse le futur Plan de prévention des risques d'inondations qui établira vraisemblablement des contraintes sur cette zone. Je subodore qu'il souhaite engranger ces 180 000 m²  de plancher avant que ce PPRI ne soit trop contraignant.

Le devenir des entreprises actuellement sur place et le manque d'équipements publics vous inquiète également ?

Il y a sur place aujourd'hui des emplois plutôt industriels. Et on prévoit des immeubles de bureau. A moins qu'un manutentionnaire se recycle en comptable, je crains qu'il faille délocaliser ces emplois. Mais pour les mettre où ?
Quant aux équipements publics, le document parle d'emplacements préférentiels, pas d'emplacements réservés
. C'est ce qui nous inquiète. Ce quartier va regrouper 5 000 habitants. On ne parle ni de mairie annexe, ni de maison de quartier, ni de lieu de loisirs.

Commentaires sur “Tous pour Sète”

 

 

Conseil municipal du 22 juin 2010 - Trop, c’est trop ! Surtout si c’est mal !

Intervention Jacques MONTAGARD & Hélène CAPMAS : http://www.touspoursete.fr/IMG/pdf/ZAC_entree_EST_CM22jui...

REPÈRES

Le détail du vote

Justifiant leur position par un excès de précipitation de la part de la municipalité, les élus du groupe d’opposition Tous pous Sète ont demandé le retrait de la délibération et ont refusé de participer au vote. De son côté, Marion Devineau a dénoncé un « massacre à la bétonneuse)> et s’est prononcée contre le projet

Le maire absent des débats

François Commeinhes qui possède un terrain sur la zone concernée, s’est retiré de la salle du conseil pendant le débat sur le projet de Zac Est pour éviter tout conflit d’intérêt. Janine Léger n’a pas manqué de s’en étonner. « Je suis ravie de voir le maire aussi respectueux des convenances :je l’ai connu moins â cheval sur les principes lors de son premier mandat, quand il a fait voter et o lui-même participé au vote de la création de cette Zac et d’un aménagement concernant le même bien personnel, sans que jamais celui-ci n’ait été nommé explicitement dans la délibération », a-t-elle commenté.

Epais dossier et réflexe pavlovien

Le dossier de présentation du projet, particulièrement épais, n’a été disponible pour les élus de l’opposition que vendredi dernier. Ce qui a provoqué la colère de Marion Devineau.
Jacques Montagard, lui, avait pu en obtenir une copie plus tôt, en commission d’urbanisme. Et l’a étudié dans le détail. Contrairement à bon nombre d’élus de la majorité. C’est en tout cas ce que n’a pas manqué de dénoncer l’opposition. «Sur un projet qui engage l’avenir de la ville, vous votez sans vous poser de questions, dans un réflexe pavlovien.»

23:54 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.4 ZAC EST - Entrée de Ville EST | Lien permanent | | Tags : zac | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

24/06/2010

Max HORDE – Eloge de la lenteur

Midi Libre Édition du jeudi 24 juin 2010

Sète – Course : La crème des escargots va en baver rue Sémard

INSOLITE : Le départ de la course sur table sera donné à 19 h. Un éloge de la lenteur

Ça va dépoter. Ce soir rue Pierre-Sémard, des escargots tout spécialement sélectionnés pour leurs performances - et pour certains issus de grandes lignées de champions - seront engagés dans une course sur table. Escargots de Bourgogne, de Haute-Loire, de Paris mais aussi représentants plus locaux issus des jardins du Quartier haut, des Quatre-Ponts, ou estrangers de Poussan : une dizaine d'écuries devraient être représentées pour cette grande première à Sète.

Organisateur de l'événement qui permettra assurément d'oublier le naufrage des Bleus dans la Coupe du Monde 2010, Max Horde, membre depuis 1975 du mouvement Fluxus, est persuadé du fait que « l'art est aussi une forme de jeu ».
Credo dans le sillage duquel lequel il multiplie les "performances" depuis près de 30 ans avec notamment, à Sète, les fameuses "Tables rondes carrées" mensuelles autour d'un sujet gag, qui débouchent généralement sur des joutes verbales.

Dernière en date ? L'examen des radiographies de fractures et autres maladies des membres d'un groupe apparemment très ouvert.

Locataire des locaux de "Marchand du sel" situés rue Sémard, Max Horde les met gracieusement et « à la minute » à disposition de tous ceux qui le sollicitent, pour peu que leurs activités restent compatibles avec sa philosophie.

Ce soir, il alignera pour sa part deux "bourgogne" face à une dizaine d'autres concurrents.

Le sujet étant, bien sûr, un éloge de la lenteur « dans une société où tout va bien trop vite ». La course sera suivie d'une prestation musicale du duo Désinvoltage (violoncelle et voix).

Photo C. FORTIN

Pa. C.

Course à 19 h. 06 81 41 22 55

08:28 Publié dans Vie des quartiers - Souvenirs | Lien permanent | | Tags : max horde, marchand du sel | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

23/06/2010

Sète Centre-ville - Nathalie Soro, le pain mené à la baguette

Midi Libre Edition du mercredi 23 juin 2010

DR

Nathalie Soro, le pain mené à la baguette

Sète Centre-ville - Nathalie Soro, le pain mené à la baguette

Nathalie Soro est la patronne de la boulangerie "Chez Soro", située sur le Cadre royal. Un endroit stratégique puisque c'est ici qu'a lieu chaque été la Saint-Louis qui attire tant de touristes. Et si Nathalie apprécie tant ce quartier c'est qu'elle est l'une des plus ferventes supportrices de ce tournoi de joutes.

La boulangerie a pignon sur rue depuis cent ans ! Cette entreprise familiale se transmet de père en fils. Et c'est le mari de Nathalie, Laurent, qui perpétue aujourd'hui la tradition. Lui qui a débuté dans ce métier à l'âge de 12 ans, et qui n'est pas prêt de s'arrêter...

Ici, on travaille le pain "à l'ancienne" avec le levain et « c'est un produit fabriqué sans conservateur ».

Cette boulangerie est également l'une des seules à ouvrir à 4 h du matin pour les quelques fêtards sortant de discothèque avec un petit creux... Et qui seraient notamment en quête des fameuses spécialités de cette boutique, à savoir le sacristain et le Provençal.


Les joutes, les fêtes, les touristes et les nombreux commerçants font le charme de ce quartier pour Nathalie qui le trouve très populaire et accueillant. On comprend mieux pourquoi la boulangère a tant de plaisir à conclure les visites de ses clients par un chaleureux : « Un bon pain et une bonne journée ! »

22:35 Publié dans Vie des quartiers - Souvenirs | Lien permanent | | Tags : nathalie soro | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Tout le monde n’a pas le temps, l’argent et l’énergie d’aller devant le juge

A la demande de Montpellier Journal (voir commentaire) remplacement de la reproduction intégrale du 23/06/2010 par CETTE Evolution de l'article original du 5 mai 2010 : La Serm met la pression sur les petits propriétaires du Petit Bard par le résumé qui suit.

 

Il est reprocher à la SERM société d'économie mixte chargée de piloter la rénovation du secteur Petit Bard dans le quartier Cévennes à Montpellier de

  1. proposer un prix de rachat des appartements très bas
  2. persister et faire appel, quand le juge de l’expropriation rend une décision favorable au vendeur

Commentaires & propos de Me Jeanjean rapportés par Montpellier Journal :

« La Serm est une société avec laquelle il est très difficile de conclure des accords amiables sauf quand elle a le sentiment de faire une bonne affaire. Elle se comporte en fait comme une société purement privée qui recherche du profit alors que ce n’est pas son rôle. »

Me Jérôme Jeanjean
est une des bêtes noires de la Société d’équipement de la région montpelliéraine (1). Il est l’un des avocats spécialisés dans la défense des propriétaires expropriés dans le cadre d’une rénovation, de la construction d’un nouveau quartier, etc.

[...] « Comment peut-on, quand on est aussi massif que la Serm, traîner des gens en appel alors que ce sont des gens qui n’ont pas de quoi payer les avocats ? La Serm profite de cette faiblesse financière pour aller en appel, obliger ces gens à sortir de l’argent pour les faire craquer. »

Car avant le jugement d’appel, les négociations continuent. Avec une situation très déséquilibréed’un côté une société qui a des moyens énormes et du tempsDe l’autre un propriétaire qui peut être endetté et qui continue à recevoir des appels de charges. Évidemment la situation est différente quand il s’agit d’un propriétaire qui a les moyens et le temps de se défendre. Mais sur l’ensemble des dossiers, la Serm est globalement gagnante. Et les petits perdent plus que les gros.

Explications de Max Lévita président de la Serm et adjoints au Maire de Montpellier rapportées par Montpellier Journal :

La Serm achète au prix fixé par les Domaines avec une marge de manœuvre de plus ou moins 10 %. [...] globalement : « On a fait un calcul économique et si nous perdons devant la cour d’appel, l’équilibre entier de l’opération est compromis. La Serm ne fait quasiment pas de bénéfice sur ces opérations mais elle ne peut pas faire des pertes. On fait appel parce qu’il y a une contradiction entre le juge et l’administration des domaines. »

Pourquoi pas. Sauf qu’à en croire Jérôme Jeanjean, le propriétaire aurait toutes les chances de gagner.

Finalement, on pourrait penser au nom de l’intérêt général que plus les prix d’expropriation seront bas, plus les prix des appartements livrés seront bas. et que les économies que fait la Serm se retrouveront à la sortie lorsqu’elle vend les terrains aux promoteurs. Il n'en est rien, en ayant un monopole de fait sur les acquisitions entrant dans le projet, la Serm a la capacité de faire basculer les prix de revente dans un rapport allant de  1 à 10 sans qu'on puisse savoir clairement où passerait la plus value ?

Pour lire l'article original cliquer sur le lien suivant La Serm met la pression sur les petits propriétaires du Petit Bard

20/06/2010

Sète - Disparition de Suzanne Desmond, une grande dame du théâtre

Midi Libre Édition du dimanche 20 juin 2010

Suzanne Desmond.jpgPhoto DR

Une figure sétoise du théâtre vient de s'éteindre, dans sa
89e année.

Il y a huit ans à peine, Suzanne Desmond donnait encore naissance au "Théâtre du Ressac", dont le nom constitue l'ultime symbole de toute une vie de passion pour les planches.

Elle avait commencé sa longue carrière au prestigieux cours Dullin.

Après guerre, elle prit la direction de "L'Équipe", compagnie sétoise fondée par Lucien Barjon en 1935.

Metteur en scène inspirée d'auteurs classiques et contemporains (Anouilh, Pirandello, Caldwell...), son Conte d'hiver de Shakespeare eut l'honneur d'être joué chez Dullin même, à l'Atelier.

Suzanne Desmond fut aussi une magistrale comédienne, que ce soit en Agrippine ou en Rose Mamaï (L'Arlésienne).

Le conservatoire de Sète lui doit, en 1960, sa première classe d'art dramatique, d'où sortiront Jean-Marie Winling, Moni Grego...

Elle a en outre travaillé à Montpellier, participant, sous la direction de Madeleine Attal, aux émissions dramatiques diffusées par Radio Montpellier.

Au centre culturel du Languedoc, elle donna des cours, joua et mit en scène Sartre, Claudel et Ionesco.

Son parcours l'a également conduite à Marseille, au théâtre de Lenche, puis à Teyran où elle fonda le théâtre du Krypton Bleu, y mettant en scène l'un de ses auteurs favoris, Tennessee Williams.

22:28 Publié dans Vie des quartiers - Souvenirs | Lien permanent | | Tags : suzanne desmond, l'équipe, l'arlésienne | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |