Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/07/2010

Arrighetti, devenu Riquetti puis francisé en Riquet, baron de Bonrepos et concepteur du Canal du Midi

Midi Libre Édition du jeudi 22 juillet 2010

Pierre Paul Riquet, génial créateur du canal du Midi

DR

Découverte

Pierre Paul Riquet, génial créateur du canal du Midi


Fermier général du Languedoc et de Cerdagne au XVIIe siècle, autrement dit percepteur des impôts pour le roi, Pierre Paul Riquet était l’un des hommes les plus riches du royaume.

Hydraulicien autodidacte, il consacrera toute sa fortune à un projet fou, approuvé par Colbert : relier Atlantique et Méditerranée. Inauguré en 1681, alimenté par les cours d’eau de la Montagne Noire, ce canal royal, devenu canal du Midi au XIXe siècle, est inscrit au patrimoine mondial.

Quand il arrivait à cheval à la porte d’un domaine, avec ses cheveux tombant en cascade sur sa livrée de percepteur de Louis XIV, le contribuable devait filer doux. Pierre Paul Riquet représentait un peu l’image du roi à l’abondante toison. Il passait au peigne fin le Languedoc pour prélever la gabelle, impôt détesté sur le sel, cet or blanc qui servait aussi à conserver les denrées, à tanner les peaux.

A l’époque, le fermier général négociait avec le Trésor royal une somme à collecter. Si les rentrées fiscales étaient moindres, le fermier des gabelles, ancêtre du trésorier-payeur général, devait payer la différence. Par contre, si la collecte dépassait la somme fixée, le surplus tombait dans l’escarcelle du fermier. Pour ratisser l’impôt, Pierre Paul Riquet chevauchait dans tout le Languedoc qu’il connaissait comme… sa poche.

Rarement homme a inspiré à la fois haine et admiration. Sa fortune colossale, amassée chez les pressurés, lui a servi à financer son projet de canal entre Océan et Méditerranée, pour la prospérité de tout le Midi.

Les Romains et Charlemagne avaient, dit-on, déjà caressé l’idée en s’y cassant le nez. « A partir de 1525, pour défendre les côtes sans devoir passer par le Détroit de Gibraltar contrôlé par le roi d’Espagne, François Ier puis Louis XIII ont cherché une solution pour joindre les deux mers. Mais leurs ingénieurs ont échoué car, pour alimenter le futur canal, ils cherchaient l’eau des Pyrénées », raconte Jacques André, directeur du Musée de Saint-Ferréol (Tarn).

En effet, entre Toulouse (135 m d’altitude) et Sète (niveau de la mer), distantes se dressait un col à 190 m, le Seuil de Naurouze, point de partage des eaux entre versants atlantique et méditerranéen. L’idée géniale de Riquet est d’avoir cherché l’eau, non côté pyrénéen, mais côté Massif Central, sur le versant de la Montagne Noire. Certes, celle-ci était parcourue de maigres cours d’eau, mais Riquet a appliqué à merveille le proverbe selon lequel « les petits ruisseaux… ».

Hydraulicien autodidacte, Riquet a fait creuser une rigole coupant ces divers torrents, pour drainer l’eau jusqu’à l’immense réservoir de Saint-Ferréol, qui sera longtemps le plus grand barrage masse du monde. De ce bassin de régulation, l’eau est ensuite envoyée 35 km plus loin, jusqu’au Seuil de Naurouze, selon les besoins de navigation des deux versants.

Le creusement du canal du Midi (240 km entre Garonne et Méditerranée) et la réalisation d’un réseau de quelque 350 ouvrages d’art mobiliseront près de 12 000 ouvriers durant quatorze ans.

Comment expliquer l’acharnement de Riquet pour ce projet pharaonique ? De plus, lancé à 57 ans, à une époque où l’espérance de vie n’atteignait pas 40 ans ! Ce Biterrois écrit à Colbert : « J’engage mon œuvre à l’âge où un homme normalement constitué rédige son testament. »

Âpre au gain, Riquet était mu aussi par un rêve suprême. Ses aïeuls italiens Arrighetti, aristocrates ayant comploté au XIIIe siècle avec le parti gibelin, avaient été contraints à l’exil en Provence, sous le nom de Riquetti, francisé en Riquet.

Sorte de revanche de l’histoire, « il voulait acquérir un titre de noblesse et, pour cela, être reconnu auteur d’une œuvre considérable », commente Jacques André.

Consultant à Versailles pour y drainer l’eau, anobli par Louis XIV en Baron de Bonrepos, Riquet s’éteindra, ruiné, sept mois avant l'inauguration de son canal, en grande pompe, par tous les grands du royaume.

Georges MATTIA

15:35 Publié dans Loisirs/Culture | Lien permanent | | Tags : riquet, canal du midi | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |