Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/03/2011

Fin de l’hivers, les expulsions reprennent

MIDI LIBRE Édition du vendredi 18 mars 2011

Expulsions : 12 foyers dans le collimateur

Si une hirondelle ne fait pas le printemps, celui-ci est en tout cas toujours synonyme de fin de la trêve hivernale pour certains locataires.

  • Ceux qui, traversant une situation difficile, n'honorent plus leurs loyers ;
  • ceux encore qui, lassés de verser une somme ne leur semblant pas correspondre à la vétusté de leur logement, ont interrompu leurs versements ;
  • ceux qui, enfin, sont sous le coup d'une 'CFP' parce qu'ayant poussé un peu loin leurs querelles de voisinage ou trop usé de mauvaise foi.


'Intermédiation locative', nuitées d'hôtel ou centre d'hébergement…

Une CFP, c'est un 'Concours de la force publique', prononcé par la préfecture et valant expulsion. Pour autant, on est bien loin du cliché des policiers forçant une porte à 6 h du matin pour mettre une famille à la rue.

Ceci, heureusement, arrive rarement. «   On travaille en amont, confirme la directrice du Sus (Solidarité urgence sétoise) Bakhta Braiki.   Et notamment avec les services de la préfecture qui prononcent l'expulsion. Les familles concernées sont toujours prévenues préalablement et mises en relation avec nous… »

Solidarité urgence sétoise a trois solutions en magasin.

  • La première est de s'entendre avec le propriétaire du logement avant que le CFP (l'expulsion) soit prononcé. C'est 'l'intermédiation locative' : l'association Sus reprend le bail à son compte, paie les loyers et sous-loue à la famille en difficulté.
  • La seconde est de proposer, en attendant mieux, des nuitées d'hôtel.
  • La troisième, enfin, «   pour les publics les plus précarisés », est une installation au centre d'hébergement de la rue Sémard. L'association assure ensuite un suivi (de surendettement, médical...) comme ce sera le cas pour «   cet homme de 80 ans qui s'est retrouvé dehors parce que le propriétaire avait changé les serrures en son absence ». Et les 12 foyers, au moins, qui devraient être concernés par une expulsion cette année sur le bassin de Thau.

PATRICE CASTAN

00:31 Publié dans Actualités, Famille | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |