Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2015

[1/3] Les géants du web, tous à l'assaut de l'e-santé !

Par Jean-Michel Billaut - Jean Michel Billaut est le président fondateur de l'Atelier BNP Paribas (atelier créé en 1978 au sein du groupe de la Compagnie Bancaire, laquelle a été racheté par BNP Paribas en 2001). Il a été l'un des instigateurs de l'utilisation du Minitel en matière financière, dès son lancement au début des années 1980. Puis, l'un des artisans très actif de l'introduction de l'Internet en France dès la mi-1990. Il préconise depuis plusieurs années la création d'un réseau de télécommunications à très haut débit, à base de fibre optique, sur tout le territoire français (il a été à l'origine du réseau optique de la ville de Pau sous l'égide de feu André Labarrère, sénateur maire et ancien ministre). Il a reçu de nombreux prix pour son action et a été élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur par le président Chirac. Aujourd'hui "officiellement" à la retraite depuis 2010 (et amputé d'une jambe en 2009), il n'en continue pas moins son observation de la société française, prise de plein fouet par le tsunami numérique mondial. Il est ainsi devenu l'animateur "virtuel" du billautshow.tv où il interviewe en visiophonie de chez lui, des créateurs français de startups. Plus de 3 500 sont ainsi passés devant sa webcam depuis sa "mise à la retraite" et son amputation. Il a donc une bonne connaissance de la France 2.0. Il écrit aussi des articles sur différents domaines dont l'e-santé, la disruption du système économique traditionnel, les startups, etc. Articles publiés sur son blog et ailleurs. Il participe également à des conférences en mode physique et virtuel en visiophonie ou en robot de téléprésence. Il est enfin "advisor" de différentes startups françaises. Il est suivi dans les différents réseaux sociaux par plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Mots clés eBuzzing : , , , , , , ,

lundi 23 février 2015

Selon Jean-Michel Billaut, pionnier de l'Internet, le développement de l'intelligence artificielle et des sciences cognitives aura un impact inévitable sur l'avenir des "sachants", et notamment dans la domaine de la santé. Lui-même victime d'une erreur médicale, il livre pour Les Clés de demain une longue analyse (publiée en trois épisodes) sur le passage d'une médecine curative à une médecine prédictive et ses conséquences pour le système de santé français. Dans ce premier volet, il décrit comment le secteur de l'e-santé est devenu le nouveau terrain de jeu des géants du web.

Nous allons passer graduellement d'une médecine curative à une médecine prédictive et personnalisée. C'est la médecine dite des 4P : Personnalisée, Participative, Prédictive, Préemptive. Changement majeur dans nos sociétés humaines ! Pourquoi ? Mais à cause de ces damnées startups, que diable !
Depuis 2011, en effet, des milliers de startups se sont créées aux Etats-Unis dans le domaine de l'e-santé, financées par le capital risque et le crowdfunding américains. A hauteur de 2 milliards de dollars en 2013. Et l'estimation pour l'année 2014 est de l'ordre de 4 milliards de dollars ! Il se passe manifestement quelque chose...
L'Américain de base a intérêt au prédictif

SUR LE MÊME SUJET

La santé du futur

Dossier médical en ligne, maison de retraite et hôpital intelligents... Le numérique est en train de révolutionner le monde de la santé. Et laisse entrevoir une médecine davantage fondée sur la prévention et les soins « sur mesure ».

Selon mon estimation (basée essentiellement sur les donnés des principaux incubateurs américains), il y aurait probablement environ 5 000 startups estampillées "e-santé" chez l'Oncle Sam ! Celles-ci ont ouvert la voie aux grands de la technologie américaine, qui ont commencé à s'y engouffrer en 2014. Il faut dire que le système de santé américain favorise l'apparition du prédictif, car là-bas le curatif coûte cher, très cher : toutes choses égales par ailleurs, deux fois plus cher que chez nous, pour le même acte médical/chirurgical. Et leur système d'assurance maladie n'a rien à voir avec le nôtre : 30 % des Américains environ n'ont pas de couverture maladie convenable. L'Américain de base a donc intérêt au prédictif. Cette approche lui permettrait probablement d'éviter de tomber malade, et donc d'éviter de payer très cher pour se faire "réparer" dans les hôpitaux.
Même Salesforce s'y met !
A mon sens, ce marché de l'e-santé est beaucoup plus important que celui du e-commerce. Car là, toute l'Humanité est concernée à terme. Les géants de la technologie américaine ne s'y sont pas trompés. Apple a ainsi dévoilé son dossier médical personnalisé (le Healthkit) ainsi que sa montre iWatch qui va probablement jouer un grand rôle dans sa stratégie e-santé. IBM, quant à lui, commence à mettre au travail son super-ordinateur Watson bardé d'intelligence artificielle (voir plus loin).
Google n'est pas en reste et prépare tout un tas de choses pour combattre la vieillesse, le cancer, interpréter le génome humain, etc. La firme de Mountain View a ainsi racheté en 2014 pour presque un milliard de dollars, trois ou quatre startups dans le domaine de l'intelligence artificielle, dont Deep Mind, start-up anglaise avalée contre 400 millions de dollars ! Curieux quand même ! On aurait pu penser que ces "choses médicales" seraient du ressort des mandarins et autres "big pharmas"... Eh bien non ! Google s'en occupe et va devenir peut-être le médecin 2.0 de l'humanité... Mais il n'y a pas que nos deux compères. Intel s'y met, et on dit qu'Amazon, Facebook eux aussi fournissent leur stratégie e-santé.Même l'entreprise SalesForce s'est lancée dans la course. 
Watson, plus rapide que les sachants
Mais revenons sur le Watson d'IBM : un nouveau type d'ordinateur avec des nouveaux modèles de microprocesseurs qui fonctionnent comme les neurones du cerveau humain, neurones de silicium équipés de batteries d'algorithmes d'intelligence artificielle. Cela fait des dizaines d'années que l'on parle d'intelligence artificielle, sans que celle-ci ait réellement décollé. Mais le moment semble maintenant venu. Watson est aussi approvisionné par des mémoires gigantesques dans lesquelles il est possible d'y enfourner tout le savoir humain d'un secteur donné (textes, images, vidéos, etc.) C'est justement le cas pour la médecine réparatrice (en attendant le prédictif en mode cloud ?)
Le Watson, qui comprend la voix humaine (l'anglais pour l'instant), travaille déjà en effet avec des médecins américains. Et on dit qu'il va aussi vite, sinon plus vite pour poser un diagnostic qu'un «sachant biologique». Sachant, qui a dû faire des années d'études, et qui n'est pas toujours fiable... Il y a en France entre 600 et 700 000 erreurs médicales par an, conduisant à environ 30 000 décès. On compte 5 millions d'erreurs aux Etats-Unis avec le nombre de décès en rapport ! Les mauvais esprits diront que les systèmes de santé curatifs actuels génèrent une hécatombe plus importante que le carnage sur les routes...
Pour l'instant, Watson constitue une aide aux médecins traditionnels... Mais dans 10 ans ? On se souvient que le grand père de ce Watson, dénommé Deep Blue, avait battu en 1996 le champion du monde d'échecs Kasparov. Le petit-fils fait nettement mieux.. Et il ne va pas s'arrêter à la médecine...
Retrouvez dès demain le deuxième volet de cette longue analyse dédiée au passage de la médecine curative à la médecine prédictive.
Crédit photo : Olle Eriksson

Mots clefs : ibm;e-santé;Google;start-up;Watson;Healthkit;DeepMind;apple

À LIRE ÉGALEMENT

LES LUS

00:52 Publié dans 1.4 Innovation & Numérique, 1.4.0 Orientations générales | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |