Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2011

André AVERSA, ancien charpentier marine

 A l'occasion de  la 1e réunion de présentation de l'association de sauvegarde du patrimoine maritime, retour sur l'oeuvre d'André AVERSA :

http://greementsdulanguedoc.free.fr/index.php/post/2009/0...

 

http://www.languedoc-roussillon.culture.gouv.fr/fr/0index...

 

http://www.ventsud.com/site/a-rencontrer/Andre-Aversa-maq...

23:55 Publié dans Actualités, Coup de coeur/Coup de griffe, Traditions | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

07/03/2011

Guide d'aide à l'élaboration d'un règlement de collecte

Après les foires d’empoigne citées par MIDI LIBRE ce weekend sur le positionnement des poubelles,  la Ville de Sète devrait pouvoir fournir une étude de cas particulièrement concrète aux théoriciens de l’association AMORCE et leur Guide d’aide à l’élaboration d’un Règlement de Collecte, élaboré en partenariat avec l’ADEME.

D’ailleurs, Sète et Thau Agglo, si ce n’est déjà fait, devraient adhérer à cette association afin d’affiner leurs méthodes de travail, sans faire pâtir plus longtemps leurs usagers.

Actu-Environnement nous donne un aperçu de l’esprit de ce “Guide d’aide à l’élaboration d’un règlement de Collecte” sur cette page  http://www.actu-environnement.com/ae/news/collecte-reglem... 

Court résumé de son contenu :

Dans une première partie, le guide précise le cadre juridique du règlement de collecte : fondements juridiques, liens entre pouvoir de règlementer la collecte et pouvoir de police du maire, positionnement par rapport à d'autres règlementations et documents tels que le règlement sanitaire départemental...

La seconde partie du document constitue le guide d'aide à l' élaboration proprement dit : il propose une liste de thématiques organisées par chapitres (organisation de la collecte, règles d'attribution et d'utilisation des conteneurs, sanctions...) et articles (définitions, sécurité et facilitation de la collecte, présentation des déchets, vérification du contenu des bacs....).

Ce guide peut être consulté/téléchargé sur cette page du site AMORCEhttp://www.amorce.asso.fr/-Technique-.html#DT33Guidedaide...

AMORCE Association au carrefour des collectivités territoriales et des professionnels
7 rue du Lac – 69422 LYON Cedex 03 – Tel : 04 72 74 09 77 – Fax : 04 72 74 03 32  E-Mail : amorce@amorce.asso.fr
http://www.amorce.asso.fr/-Faire-connaissance-.html

Catalogue des publications sur les déchets
http://www.amorce.asso.fr/-Dechets,14-.html

Et plein d’autres publications à découvrir, à partir de cette page !

En marge de ces questions, voici pour terminer une sélection de sites sur l'avenir de la gestion de l'énergie :

19:04 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.2 Propreté - Sécurité, Actualités | Lien permanent | | Tags : thau agglo, déchets | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

06/03/2011

Programme ANAH–Aides aux propriétaires améliorant leurs logements

En 2011, la philosophie d’attribution des aides ANAH a profondément changée.

  • Les logements dégradés font l’objet d’aides plus importantes
  • Les propriétaires occupants ayant de faibles ressources sont beaucoup mieux aidés jusqu’à 10.000€ d’aides au lieu de 4.000€ maximum avant 2011.
  • Le pourcentage de subvention des travaux décidés par les propriétaires bailleurs ne sont plus aussi importants qu’auparavant.

Rappelons les point importants de ces aides personnalisées.

La présentation qui suit n’inclut pas les parts d’aides de Thau Agglo ou du Conseil Général de L’Hérault.

Pour le propriétaire occupant :

  • le propriétaire occupant doit avoir un revenu faible c’est à dire moins de 12.000 € par an pour une personne seule et moins de 17.000€ pour un couple
  • l’aide maximale qu’on peut lui accorder dépend d’un montant de travaux plafond
    - 50.000€ hors taxes pour des travaux de réhabilitation de logements très dégradés. L’aide ne dépassera pas 25.000€
    - 20.000€ hors taxes seulement pour des travaux d’amélioration (sécurité et salubrité, autonomie, autres travaux...). L’aide maximale varie dans de 4000€ à 10.000€ en fonction des ressources du propriétaire
  • Plus de détails pour les propriétaires occupants sur :  http://www.lemoneymag.fr/v5/fiche/s_Fiche_v5/0,6171,6245,...

Pour le propriétaire bailleur :

  • son revenu ne compte pas, mais il doit s’engager à louer pendant x ans à un tarif conventionné qui en général est nettement supérieur aux loyers pratiqués dans l’ancien à Sète, pour des locataires de longue date.
  • Pour les travaux lourds de réhabilitation, le plafond des travaux subventionnables est de 80 000 € HT par logement et le taux maximum d’aide est de 35%.
    L’aide maximale possible en réhabilitation lourde est donc de 28.000€.
  • Pour les projets d'amélioration,

    • la sécurité et la salubrité de l'habitat ;
    • l'autonomie de la personne (le demandeur doit pouvoir justifier de la nécessité de ces travaux) ;
    • la réhabilitation d'un logement dégradé ;
    • la transformation d'usage d'un local ;
    • les travaux réalisés à la suite d'une procédure RSD (violation constatée aux règles départementales d'hygiène et de sécurité) ou d'un contrôle de décence par l'administration.

    le taux maximal de subvention varie de 25 à 35% avec un plafond de travaux subventionnables de 40 000 € HT par logement.

    L’aide maximale possible en amélioration de l’habitat varie donc de 10.000€ à 14.000€
    .

  • Plus de détails pour les bailleurs sur http://www.lemoneymag.fr/v5/fiche/s_Fiche_v5/1,6171,6244,...

Pour le détail complet des aides consulter les dossiers de l’ANAH :

http://www.anah.fr/fileadmin/anahmedias/Textes_et_publica...

Liste des travaux recevables par l’ANAH :

http://www.anah.fr/fileadmin/anahmedias/Textes_et_publica...

Tous nos billets parlant d’Aides :

http://sete-evolution.midiblogs.com/5-aides/

Conseil THAU Agglo

MIDI LIBRE Édition du dimanche 6 mars 2011

La lutte contre l'habitat indigne

EN HAUSSE - La lutte contre l'habitat indigne

En marge du programme de requalification des quartiers anciens dégradés mené par la Ville de Sète, Thau agglo met en place une opération programmée de l'amélioration de l'habitat sur l'Île singulière en investissant 1,05 M sur 5 ans (211 000 par an). Ces sommes serviront à aider les propriétaires occupants ou bailleurs du parc privé qui désirent réaliser des travaux.

01/02/2011

Révision des valeurs locatives des locaux professionnels, fiscalité de l’urbanisme et versement transport des agglomérations moyennes

Collectif budgétaire : ce qu’il faut retenir

Fiscalité Publié le jeudi 6 janvier 2011 source : localtis

http://urbanismeamenagementfiscalite.wordpress.com/2011/0...

© G. Rolle / Rea

La loi de finances rectificative pour 2010 publiée le 30 décembre restera sans doute dans les annales des collectivités, à en juger par le nombre des réformes ou évolutions qu’elle engage : révision des valeurs locatives des locaux professionnels, fiscalité de l’urbanisme et versement transport des agglomérations moyennes ou encore financement du Grand Paris. Ainsi que de nombreuses autres mesures fiscales, sans oublier l’aide d’urgence pour certains départements.

C’est lors de la discussion à l’Assemblée nationale en décembre 2009 du dernier collectif budgétaire annuel que le ministre du Budget de l’époque, Eric Woerth, avait annoncé le lancement de la révision des valeurs locatives des locaux commerciaux. Clin d’oeil, c’est un an plus tard le quatrième et dernier collectif budgétaire de l’année 2010 qui met en place la réforme, laquelle s’appliquera réellement en 2014.
Fondées sur des références datant de 1970, les valeurs cadastrales des trois millions de locaux commerciaux vont être calées sur les valeurs du marché locatif. Suite à une concertation durant l’été dernier avec les associations d‘élus locaux et les représentants des entreprises, Bercy a choisi globalement de ne pas bouleverser les méthodes de révision des valeurs locatives. Quelques innovations ont quand même été introduites. Les valeurs cadastrales seront calculées en fonction d’une grille tarifaire et de secteurs homogènes, ainsi que selon une classification en sous-groupes et catégories de locaux. En outre, les élus locaux disposeront d’un pouvoir décisionnel accru pour fixer les évaluations. La réforme se fera « à produit constant pour les collectivités territoriales », a confirmé le ministère du Budget avant la discussion parlementaire. Les premiers travaux, qui seront réalisés en 2011 dans cinq « départements-tests » (Hérault, Bas-Rhin, Pas-de-Calais, Paris et Haute-Vienne), permettront de mieux cerner l’impact de la révision. Ces principes font l’objet d’un consensus chez les élus locaux et les parlementaires, ces derniers les ayant validés sans difficultés.
L’autre grande réforme engagée par ce collectif budgétaire crée une taxe locale d’aménagement à la place de la taxe locale d’équipement et de la kyrielle de taxes et participations connexes. Le but : simplifier et rendre plus lisible la fiscalité de l’urbanisme. L’autre objectif de cette réforme issue des travaux du Grenelle de l’environnement est de renforcer les outils de lutte contre l’étalement urbain en créant le versement pour sous-densité (VSD). Les communes ou les groupements détermineront ainsi un seuil minimal de densité pour certains secteurs de leurs territoires. Si celui-ci n’est pas atteint, le constructeur devra payer. Approuvant les grands principes de cette réforme qui s’appliquera à compter du 1er mars 2012, les parlementaires ont apporté des correctifs peu nombreux, mais importants. Le VSD sera créé seulement si le conseil municipal ou communautaire le décide – la première version du projet de loi rendait sa création obligatoire dans certains cas. Par ailleurs, le produit de la taxe d’aménagement reviendra en totalité aux communes et à leurs groupements, alors qu’initialement, le projet de loi prévoyait que les départements seraient bénéficiaires d’un quart de ce produit. Et finalement, la taxe ne pourra financer que des opérations d’investissement, la commission mixte paritaire ayant annulé la possibilité votée par le Sénat d’utiliser cette ressource pour des dépenses de fonctionnement.

Taxe sur les caravanes

Pour la Haute Assemblée, il s’agit d’un bien petit recul en comparaison des nombreuses dispositions qu’elle a introduites et qui aujourd’hui trouvent leur place dans la loi. Des mesures qui concernent au premier chef la fiscalité locale. Avec ainsi l’obligation pour les gens du voyage d’acheter chaque année, à partir de 2014, une vignette de 150 euros qu’ils devront apposer sur leur caravane ou le véhicule qui la tire et dont les recettes bénéficieront aux communes et à leurs groupements « au prorata de leurs dépenses en faveur de l’accueil des gens du voyage ». La vignette est censée simplifier le recouvrement d’une taxe dont le principe figurait déjà dans la loi de finances pour 2006 mais dont les modalités, trop complexes, avait empêché l’entrée en vigueur. La mise en oeuvre d’une autre taxe communale, la taxe de balayage, est en outre précisée par la loi.
Texte « fourre-tout », la quatrième loi de finances rectificative pour 2010 comporte aussi des mesures visant entre autres à permettre aux collectivités qui le décident d’assujettir les parcs d’attractions et de loisirs à la cotisation foncière des entreprises au prorata de leur période d’activité ;  à prolonger jusqu’en 2014 le bénéfice du fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA) pour les collectivités ou les groupements qui réalisent des investissements en vue de la construction d’infrastructures en matière de téléphonie mobile ou d’accès à internet ; à autoriser les départements à utiliser la taxe sur les espaces naturels sensibles pour financer les travaux de protection de la ressource en eau ; à « repréciser » pour le calcul de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises les règles de répartition de la valeur ajoutée applicables aux entreprises de transport établies sur plusieurs communes.
On notera aussi que la loi assouplit les modalités donnant droit à l’attribution pérenne du versement anticipé du FCTVA aux collectivités qui ont signé en 2010 une convention avec l’Etat dans le cadre du plan de relance. Comme celles qui avaient signé une convention en 2009, ces collectivités pourront prendre en compte les « reste-à-réaliser » pour parvenir au respect de leurs engagements en matière d’investissements.

Financement du Grand Paris

Autres dispositions à retenir, celles concernant la fiscalité en Ile-de-France. En effet, la loi crée ou adapte plusieurs mesures de financement pour la Société du Grand Paris, chargée de développer les transports en commun dans la capitale et sa banlieue. Elle crée une taxe spéciale d’équipement dont le produit annuel de 117 millions d’euros sera acquitté à partir de 2011 par les entreprises et les ménages franciliens. A l’inverse, la loi abroge la taxe sur les plus-values immobilières mise en place en 2010, qui visait les plus-values réalisées consécutivement à la réalisation des nouvelles infrastructures de transports en Ile-de-France. En outre, le texte modernise la taxe locale sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux et les locaux de stockage perçue en Ile-de-France. Enfin, il réforme la redevance sur la création de bureaux perçue par la région Ile-de-France, en permettant ainsi quasiment le doublement de son produit (actuellement entre 70 et 90 millions d’euros par an). Toujours au chapitre des taxes dans la région capitale, on notera que le zonage déterminant le taux du versement transport dans cette région a été profondément redéfini pour cause d’obsolescence.
Au terme de l’examen par les deux assemblées, la commission mixte paritaire (CMP) réunie le 20 décembre a réservé son lot de petites et grandes surprises. La principale décision des quatorze députés et sénateurs chargés de trouver un compromis sur le texte concerne le versement transport. En effet, la possibilité pour les agglomérations dont la population est comprise entre 50.000 et 100.000 habitants d’augmenter le taux-plafond de la taxe (de 0,55 % à 0,85 % de la masse salariale des entreprises de plus de neuf salariés) a finalement été retenue. L’obstination des députés a donc payé. Ils avaient adopté à l’unanimité cette disposition dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011 mais avaient dû s’incliner face au gouvernement au cours d’une seconde délibération. Qu’à cela ne tienne : ils ont réintroduit la mesure dans le collectif budgétaire… avant que les sénateurs ne la fassent disparaître. La commission mixte paritaire a finalement arbitré en faveur de l’Assemblée, mais à la suite d’un compromis. L’augmentation du versement transport sera conditionnée à la mise en place effective d’un transport en commun en site propre et sera lissée sur trois ans. Un décret devrait préciser les modalités de mise en oeuvre du dispositif.
La CMP a aussi tiré un trait sur quelques-unes des dispositions votées plus tôt dans le texte. Elle a supprimé la possibilité pour les collectivités de mettre en oeuvre des astreintes administratives lorsque des personnes exercent sans autorisation une activité commerciale sur la voie publique. Le même sort a été réservé aux modalités de répartition entre les communes des charges d’état civil liées aux naissances et décès dans un établissement public de santé lorsque celui-ci, situé dans une petite commune, attire une clientèle venant de communes voisines. La CMP a aussi confirmé la décision du Sénat de supprimer le fonds d’accompagnement « vers et dans le logement » dont la création était voulue par le gouvernement. La réduction de la taxe locale sur la publicité extérieure pour certains établissements, qui avait été adoptée par l’Assemblée, ne verra pas le jour non plus.

Une aide de 150 millions d’euros pour les départements

D’ordinaire, le vote final d’une loi se déroule sans grand suspens. Pour ce collectif budgétaire, dont le vote par les deux assemblées est intervenu le 21 décembre, on a tout de même assisté à deux petits rebondissements. Le gouvernement a obtenu par amendement l’annulation de deux décisions prises par la CMP.
D’abord, celle-ci avait voulu alléger la cotisation foncière de 170.000 petites entreprises amenées à payer dans 800 communes plus d’impôts après qu’avant la suppression de la taxe professionnelle. Il revenait à l’Etat d’assumer le coût de la mesure, de l’ordre de 20 millions d’euros. Soit beaucoup trop de l’avis du ministre du Budget.
Par ailleurs, les parlementaires de la CMP avaient souhaité que la répartition du concours de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) aux départements pour l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), soit près de 1,5 milliard d’euros, soit réalisée en fonction non plus du potentiel fiscal mais du potentiel financier. Parce qu’il inclut les dotations de l’Etat, cet indicateur de richesse potentielle d’une collectivité leur semblait plus juste. Mais, selon les estimations de Bercy, la modification pourrait avoir un impact financier conséquent sur certains départements. François Baroin en a conclu que « ce sujet nécessite un débat approfondi au sein du conseil de la CNSA et dans le cadre de la réforme de la dépendance ». Le ministre s’est engagé à « en discuter à nouveau dans le courant du premier semestre et, quoi qu’il en soit, avant la loi de finances de l’an prochain ».
En revanche, le potentiel financier – et non le potentiel fiscal – sera l’un des trois critères servant à la répartition aux départements en difficulté des 75 millions d’euros prélevés exceptionnellement en 2010 sur les ressources de la CNSA. Une somme à laquelle s’ajouteront 75 autres millions d’euros versés sous la forme de subventions exceptionnelles, après signature d’une convention entre les départements et l’Etat. Doté par conséquent de 150 millions d’euros, le fonds de soutien aux départements en difficulté « n’est pas à la hauteur des problèmes rencontrés », a critiqué en séance, le 21 décembre, le député et président du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac. En 2010, a-t-il souligné, ce sont 5,4 milliards d’euros de dépenses au titre des trois allocations sociales allouées par les départements qui ne seront pas compensés financièrement par l’Etat.
Dans sa décision du 28 décembre, le Conseil constitutionnel a validé l’ensemble du projet de loi de finances rectificative à l’exception de l’article 92 qui précisait les modalités de liquidation d’un office public de l’habitat. Les sages du Palais royal ont considéré qu’il s’agissait d’un cavalier législatif.

Pour plus de détails sur cette loi de finances rectificative pour 2010, retrouvez dans notre dossier spécial ci-contre tous nos articles parus au fil de l’examen parlementaire.

Thomas Beurey / Projets publics

16:20 Publié dans 6 Fiscalité, 6.0 Foncier, Actualités | Lien permanent | | Tags : valeurs locatives | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

29/05/2010

Escale à SETE

Evénement inédit en France, Escale à Sète consacre les traditions maritimes au cœur du premier port de pêche français méditerranéen. Au programme, du 28 au 30 mai, près de 100 navires traditionnels de toutes catégories sur plus de 1000 mètres de quai, cortèges maritimes, exhibition de joutes languedociennes, régates cettoises (voiles latines, rame traditionnelle, Extreme Sailing Series), conférences, exposants (métiers de la mer, peintres, littérature, navigation...) , village Poisson Bleu (dégustations autour des saveurs de la mer et de l'étang) , plats typiques dans les restaurants, concerts de 10 groupes de chants de marins du monde sur bateau amiral, tavernes maritimes dans les bars, final torride en bordée ... Escale à Sète accueille aussi cette année, la première étape du circuit 2010 des Extreme Sailing Series, véritable spectacle et compétition intense sur l'eau du 27 au 30 mai. Spectacle garanti !

Programme de la manifestation:

JEUDI 27 MAI 2010

19h - Vernissage de l'exposition du peintre portuaire - Pierre Arnaud LEBONNOIS - Agence Midi Libre - 8 rue du général de Gaule

VENDREDI 28 MAI 2010

ARRIVEE DES BATEAUX DANS LE PORT DE SETE
· Accostage des bateaux traditionnels entre le pont de la savonnerie et la criée, parmi lesquels :
· Accostage des voiles latines à la criée

SAMEDI 29 MAI 2010

LE MATIN ET A MIDI en centre-ville :

CEREMONIE PORTUAIRE ET CULTURE MARITIME

9h00 - Grand défilé traditionnel – centre ville
Aubade à travers la ville : départ du môle en présence de la Marine Nationale, des pêcheurs (APSM), jouteurs (coordination des joutes sétoises), rameurs (cettarames), dockers, participation de la population locale en tenues traditionnelles avec musique des hautbois et Bagad.
Arrivée du défilé à la criée

10h - Conférences « histoires de mer » - Amphithéâtre de la criée.
Maître de conférence – Alain DEGAGE

- « Histoire du port de Sète » (Alain Degage – Docteur d’Etat, maître de conférences à l’université de Perpignan)
- « Le développement durable pour l’avenir de la pêche sétoise » (Bertrand Wendling – directeur de la coopérative des pêcheurs SaThoAn)
- Présentation et projection du documentaire « les métiers du port de commerce » (Pierre de Boutray – Président de l’Union maritime des métiers portuaires de Sète)

12h - Ouverture officielle des festivités à la criée sur le car podium Midi Libre

- Discours officiel d’ouverture
- Apéritif et dégustation de produits de la mer et de l’étang (coquillages, poissons bleus grillés et marinés) et recettes traditionnelles offerts par la prud’homie
- Réceptions privatives à bord des gréements, animation musicale maritime et reportage photo
- Début des animations musicales – Scènes itinérantes

LA JOURNEE autour du port :

· Eglise des pénitents :
- Projection documentaire « Construction d’un thonier dans les années 50 par le chantier Aversa »
- Diaporama photo du port de Sète au début du XXe siècle
- Exposition des authentiques maquettes « bateaux traditionnels en Golfe du Lion » (André Aversa)
- Projection documentaire « la pêche à Sète » (Jean-Marie Avallone)
- Exposition des œuvres du peintre Cosentino

· quai Aspirant Herbert : exposition in situ des chalutiers sétois

· sur la consigne : animations musicales et extension des terrasses des restaurants

· sur le parking de la criée : puces nautiques

· de la consigne au quai du Général Durand : exposants maritimes
- quartier d’exposants au cœur de la manifestation : peintres, photographes, musiques maritimes, vieux gréements, littérature.
- chantier naval ludique : ateliers pédagogiques professionnels avec la participation des écoles locales autour des savoir-faire maritimes traditionnels (filetage, nœuds, calfatage, apprentissage de techniques de pêche…)

· du pont de la savonnerie à la criée : flotte des vieux gréements au cœur de la ville


L’APRES-MIDI autour du port

13h45 grand cortège « souvenir des régates cettoises » en présence des voiles latines, de la rame traditionnelle et des catamarans prototypes « Extrême 40 »

14h30 devant la consigne et le môle
Vire-vire des voiles latine
Défis de rame traditionnelle
Démonstration de joutes nautiques
Régates Extreme Sailing Series

15h00 Café littéraire – Face aux stands des libraires – Quai Licciardi

- Gaston Macone « Chroniques d’un siècle 1907 – 2007 »
- Marc Bollon « Aventures en Golfe de Lion – Corsaires, frégates et vaisseaux 1472 – 1810 »
- Mer Cross « Sète au travail »
- Catherine Lopez-Dreau « Piété des Gens de Mer – Les ex-voto marins du Languedoc »

18h00 à la criée sur le car podium Midi Libre - remise des prix (voile, rame, joutes, Extreme Sailing Series)


LE SOIR de la criée à la marine :

BORDEES MUSICALES

18h - 0h00 le long des quais - musiques déambulatoires
dès 18h dans les bars partenaires (Souras, bar du Vieux Port, Bobar, Saint-Clair, bar de la Marine, 2 Ramiers, Carré) – scènes itinérantes de chants de marins jusqu’au bout de la nuit avec la participation active des cafetiers recevant les groupes (mise en scène de chaque bar adaptée à un thème maritime : pêche, marine, flibusterie, croisière…)

18h - 22h30grande scène - concerts de musiques de mers du monde


DIMANCHE 30 MAI 2010

LA JOURNEE autour du port :

VILLAGE MARITIME

· du pont de la savonnerie à la criée : vieux gréements à quai sur 400 mètres
· quai Aspirant Herbert : exposition in situ des chalutiers sétois


Note pour information : la programmation de Escale à Sète peut être modifiée, pour cas de force majeure ou raisons climatiques.


Midi Libre Édition du vendredi 28 mai 2010

Sète - Le patrimoine maritime en escale à Sète

Le patrimoine maritime en escale à Sète

DR


L’Île singulière accueille ce week-end une centaine de vieux gréements, pour une fête unique en Méditerranée

Pendant que la modernité des catas Extreme 40 file comme le vent au large de Sète, l’intérieur du port abrite, depuis hier et jusqu’à demain, le passé. Le passé de la voile tout autant que le gastronomique. Une escale dans le patrimoine. Une première en Méditerranée.

Il existe bien des rassemblements de voiles latines et / ou de catalanes au gré des ports. Mais pas une fête entière regroupant une centaine de vieux gréements de différents corps de "métier" (thoniers, goélette, bateau-espion, drakkar), des conférences historiques, des discussions, des débats, des chants marins, de la rame traditionnelle, des joutes mais aussi et surtout des recettes oubliées avec des poissons méconnus de la Méditerranée.

Voilà l’idée directrice d’Escale à Sète : montrer tous les deux ans, sur le modèle de ce que l’on peut trouver en Bretagne, la force et la vivacité du patrimoine maritime au sens large du terme.

Pour le coup, tous les organismes œuvrant sur le port (pêcheurs et restaurateurs) et les associations impliquées dans la préservation du patrimoine se sont fédérées autour du dossier porté par Wolfgang Idiri et ses amis. Ce jeune Sétois, membre d’un groupe de musique traditionnelle, avait été frappé, lors de prestations dans les grands festivals maritimes bretons, par le regroupement de représentants d’univers différents autour de leur patrimoine. « Après, il a fallu beaucoup de temps pour créer le même genre d’événement à Sète et réunir les divers intervenants », commente le porteur de projet.

Hier, cette aventure est entrée dans le concret avec l’arrivée des vieux gréements. Le temps du week-end, Sète retrouvera alors son profil d’antan avec tous ces vieux mâts amarrés le long du quai de La Marine.

Philippe MALRIC

Animations aujourd’hui et demain de 10 h à 22 h 30.

Sète - Capitaines au long cours à la barre de vieux gréements

Une centaine de vieux gréements sont attendus aujourd'hui dans le cadre d'Escale à Sète De la petite catalane au boutre, du pointu au drakkar, il y en a de tous les styles, de toutes les dimensions, de toutes les passions

On pourra les admirer de la Savonnerie à la Criée. Et pour les plus chanceux, parfois monter à bord de ces bateaux d'exception.
Midi Libre en a visité trois en avant-première.

Parallèlement, Escale à Sète fait la part belle à la gastronomie et à toutes les traditions marines Le programme est alléchant, étonnant, et forcément festif

VOS REACTIONS

29/05/2010 à 06h36 | Force Citoyenne

Félicitation à l'association Escale à Sète pour cette superbe idée qui recrée les traditionnelles fêtes des traditions maritimes des nos cousins pêcheurs de la façade atlantique. Et donne une belle animation et une nouvelle âme à nos quais...Et bravo à toutes celles et tous ceux, y compris la Ville, qui les soutiennent. Un bon choix.

Sète - LE DRAKKAR, LA VIE EN MODE VIKING

DR

LE DRAKKAR, LA VIE EN MODE VIKING Jean-Luc Gauthier, il faut bien l'avouer, est un peu allumé. Traverser l'Atlantique aller-retour, de Granville aux A...

Jean-Luc Gauthier, il faut bien l'avouer, est un peu allumé. Traverser l'Atlantique aller-retour, de Granville aux Antilles, puis des Antilles à Granville, sur un Drakkar construit avec quelques copains, ça tient de l'aventure rustique avec un grand A et un grand R.

Un simple pont, pas de couchettes, une voile carrée, des rames. Et c'est tout. On dort à la belle étoile, et quand il pleut, on fait le dos rond. Ils sont partis à six, sont revenus à deux...

Auparavant, Jean-Luc Gauthier le Normand (ceci explique cela) et une dizaine de copains avaient passé cinq années à construire cette réplique grandeur nature ou presque d'un drakkar exposé au musée d'Oslo.

Aujourd'hui, le Vinland (le nom de l'Amérique pour les Vikings) est basé à Canet. Son propriétaire se repose. Il a juste, ces derniers mois, entrepris le pélerinage de Compostelle. Une autre aventure inscrite dans son carnet, après l'Atlantique en Drakkar donc, et le Paris-Dakar. A Vélo !

Sète - HULDA, LE BATEAU-EXPO

Ce cargo à voiles, qui sillonna la Baltique dès 1905, fait escale à Sète sur la route qui le conduit de la Suède vers la Turquie. Istanbul précisément où il deviendra un centre culturel et scientifique en hommage à son ancien propriétaire, l'artiste turco-suédois Ilhan Koman. On peut d'ailleurs admirer quelques reproductions de ses sculptures (en modèle réduit) sur le pont du voilier.

Sète - Extreme sailing series : Nicolas Heintz, invité de poids...

« Mon atout cette année ? >J'ai décidé d'alourdir mon équipage. Et j'ai trouvé un équipier parfait, qui fait 105 kilos ! ». Sourire de tous, jeudi, lors de la conférence de presse des Extreme Sailing Series, quand Yann Guichard, le skipper de "Groupe de Rotschild", commentait ainsi ses chances d'être meilleur que la saison dernière (où il avait terminé 2e du général, tout de même). Et surtout sourire au coin du bar où ledit "105 kilos" se fait chambrer par ses coéquipiers.

Mais ce que Yann Guichard n'a pas dit (ou ne sait pas...), c'est qu'il s'est de plus attaché le service d'un local, qui connaît bien le plan d'eau sétois et les pièges de sa météo particulière. En fait pas tout à fait un local, mais un habitué du coin. « Je suis né en Corse, mais j'ai fait mes études de Staps à Montpellier, précise Nicolas Heintz, en effet joli bébé d'un bon quintal. Et j'ai débuté la voile ici, à Mèze, en match-racing, avec Christophe André, qui coachait notre équipage d'étudiants. Puis j'ai poursuivi les compétitions de match-racing, organisées notamment ici, par la Société nautique de Sète. Après avoir navigué avec Damien Iehl, je navigue avec un équipage breton.

Cette année, Yann Guichard, qui cherchait comme il dit un équipier de poids, m'a contacté. Et voilà comment je débute ici à naviguer sur ces Extrême 40, avec le team "Gitana". »

Apparemment, Yann Guichard a eu du nez. Après avoir dominé la première journée de ces Extreme Séries, le skipper de "Groupe LCF Rothschild" poursuivait hier sa domination. A la plus grande joie de Nicolas Heintz : « C'est vraiment super de rentrer dans le vif du sujet ! Il me faut encore acquérir quelques automatismes pour être plus performant mais globalement cette entrée en matière est concluante. J'ai pris beaucoup de plaisir sur l'eau et je suis très fier de faire partie de cet équipage. »

Un équipage avec qui le "séto-corse" va courir tout le circuit européen, avec Cowes, Kiel, Trappani et Almeria pour terminer.

Et, entre deux régates "sur deux pattes", c'est avec un autre Sétois, Bertrand Pacé, qu'il va participer aux championnats du monde de match-racing, en Corée, en juin prochain. Décidément, très demandé, Nicolas Heintz.

Sete. Vu du MôleAu coeur (battant) de la course


Suspense, rebondissements, dépassements osés, remontées spectaculaires, manoeuvres acrobatiques. Et tout ça sous les yeux du public. C'est ça l'Extreme sailing series.

Des régates à couteaux tirés. Huit bolides des mer, drivés par des équipages d'exception, qui tirent des bords à quelques mètres du rivage. Du Môle ou de la promenade Leclerc, on découvre en privilégiés les gestes précis, rodés, millimétrés des quatre hommes à bord. Comme si on y était. C'est impressionnant de professionnalisme, bluffant d'efficacité.

Au micro, deux spécialistes, Sébastien Destremeau et Vincent Ballard, commentent les moindres faits de course et font profiter le public de leur connaissance de la voile régatière. Au village départ, une masse d'information permet de faire connaissance avec les skippers, tous bardés de titres - champion du monde, champion olympique- et détenteur de palmarès long comme le bras, en course au large comme en régate. Bref, cette étape sétoise du Extreme sailing tour, c'est du grand spectacle. Et c'est 100 % gratuit. A consommer sans modération jusque dimanche.

Premières régates aujourd'hui dès 14 h.

 

 

Sète - "Embarcadère " à Midi Libre


Pierre-Arnaud Lebonnois (à droite), peintre portuaire, présenté jusqu'au 10 juin, dans les locaux de l'agence Midi Libre de Sète, une quarantaine de peintures, à l'occasion d'une exposition intitulée "Embarcadère".

Le vernissage de cette expo, organisée dans le cadre d'Escale à Sète, s'est déroulé jeudi soir en présence de François Commeinhes, maire de Sète, d'élus municipaux, d'André Lubrano, conseiller régional, de Bruno Thomé, chef d'état-major de la Marine de Marseille, ainsi que de nombreux convives.

Le groupe local Les Mourres de porc a assuré l'animation lors de cette soirée qui a permis de partager avec Pierre-Arnaud Lebonnois sa vision des ports.

16:05 Publié dans Actualités, Loisirs/Culture, Traditions | Lien permanent | | Tags : escale à sete, vieux gréements | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

25/05/2010

Earl of Pembroke – bienvenu à SETE.

x

Midi Libre Édition du mardi 25 mai 2010

Sete. Le transport maritime à la voile jette son ancre au port

Photos Judy JANUARIUS
Le transport maritime à la voile jette son ancre au portCONTEXTE

Créée en 2008, la Compagnie de transport maritime à la voile (CTMV) est une société irlandaise dont l'activité commerciale est d'importer principalement des vins du Languedoc-Roussillon. Elle utilise des  qu'elle "loue" à différents armateurs en fonction de la taille de la cargaison. La société des alcools de Québec, premier importateur mondial de vins, utilise ce transport écologique.

Le développement de l'activité a incité les 15 associés de la CTMV à créer un bureau à Sète Pour assurer sa promotion ici, la société a fait visiter au public, sur le quai d'Alger, vendredi et samedi dernier, le Earl of Pembroke.

Qui l'eut cru ? Qui aurait pensé que le vent du commerce soufflerait à nouveau sur les voiles de ces fameux trois-mâts, construits dans un premier temps pour transporter des marchandises et qui, face à la concurrence des porte-conteneurs, n'accueillaient plus que des passagers en quête de sensations ?

Frédéric Albert, Jean-Jacques Vidal, Michel Perry et une dizaine d'autres personnes y ont non seulement pensé mais ont franchi le cap, en 2008, en créant la Compagnie de transport maritime à la voile (CTMV). Une idée géniale, à l'heure où la notion de développement durable induit un « transport propre, respectueux de l'environnement ».

Evidemment, pas question d'affréter des voitures, du bois ou du bétail. Non, dès l'avènement de la CTMV, c'est le transport de vin en bouteilles, sur palette, qui a été privilégié : « Ce sont des vins languedociens, élaborés dans le respect de la nature, que nous avons sélectionnés, souligne Jean-Jacques Vidal, directeur général. Du vin qui va en plus se bonifier pendant le voyage. » .

Les premières liaisons ont été opérées entre des ports français de l'Atlantique et l'Irlande, où est installé le siège de la CTMV, ainsi que le Danemark. La goélette Kathleen and May(construite en 1900), l'Etoile de France (goélette à huniers construite en 1938) et le Belem (construit en 1896) ont ainsi été loués à leurs armateurs pour livrer des sociétés britanniques telles que Gilbeys of Ireland ou encore Diageo, la plus importante entreprise mondiale sur le marché des alcools et spiritueux.

Malgré une année 2009 chaotique, dû au fait que le coût de ce type de transport se ressent sur le prix de la bouteille (+ 10 %), 2010 marque le véritable essor de la société. D'abord parce que la CTMV va affréter le Bessie Ellen (construit en 1904) pour livrer une cargaison de vin (28 palettes) à Montréal. Le contrat passé avec la Société des alcools de Québec (SAQ), premier importateur de vins au monde, en coopération avec le vieux Port de Montréal et la société de développement commercial du vieux Montréal (la CCI locale), offre désormais cette perspective transatlantique : « Le Kaskelot (construit en 1948) livrera ensuite 50 palettes.

A terme, la SAQ devrait réaliser 4 % de son flux avec le transport à la voile. » Une véritable manne pour la CTMV qui, dans la foulée, s'est mise à la recherche de locaux à Sète pour y installer un bureau : « On parle d'un jumelage entre le port de Sète et le vieux Port de Montréal. Faire partir les voiliers d'ici n'est pas pénalisant, au contraire puisque nous exportons des vins languedociens. Par ailleurs, notre présence à Sète pourrait nous permettre de développer notre activité en Méditerranée. Il y a beaucoup de produits naturels qui viennent du Maghreb. ».

Alternative au transport routier, la voile possède un atout majeur : « C'est 80 % de réduction des émissions de CO2 par rapport au transport routier et 30 % par rapport au transport maritime conventionnel. ».

Du coup, « pour coller au marché », la CTMV envisage même de faire construire « deux voiliers cargos modernes, un de 50 mètres pour l'Europe avec une cale pour 220 tonnes de marchandises et un trois-mâts de 80 mètres pour les liaisons transatlantiques, qui permettra l'acheminement de 800 tonnes de marchandises ».

La présence du Earl of Pembroke, vendredi et samedi dernier sur le quai d'Alger, constituait une opération promotion. Les badauds ont été conquis. Les décideurs devraient suivre.

Yohan DOUCET ydoucet@midilibre.com

VOS REACTIONS

25/05/2010 à 08h03 | gaby

C'est bien, c'est......folklorique dirais je. Parce que 20, 50 palettes de marchandises ou même 800 tonnes si ces voiliers cargos se font, ce sera toujours "peanuts" et trop cher comparé aux grands porte conteneurs over panamax qui transportent 80.000 tonnes de marchandise. Ils ont juste inventé le transport maritime bobo. Quant à relancer le port, ce sera plus de l'affichage qu'autre chose

25/05/2010 à 06h43 | villeroy

A moins qu'il ne s'agisse "d'équipiers" bénévoles, traversant l'Atlantique ou la mer d'Iroise pour le fun ou la conviction environnementale de naviguer sur des voiliers historiques, je ne vois pas comment ce transport peut être viable : 28 palettes font une semi-remorque ou un container 60', donc une valeur de prestation transport modeste

11:05 Publié dans Actualités, Nature/Environnement, Traditions | Lien permanent | | Tags : vieux gréements, transport à voile | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |