Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/03/2009

Les citoyens ont le droit de savoir ce qui s’échange en Conseil Municipal…

… même quand ils n’assistent pas à la séance

Les citoyens ont le droit de savoir et, contrairement à la déclaration de monsieur le maire lors du conseil municipal du 3 mars dernier, oui, la municipalité a des comptes à rendre sur ses choix et agissements, et le maire en particulier.

Débats audio

C'est pour cela que les conseils municipaux sont publics et les comptes rendus des séances aussi.

Alors, pourquoi ne sont pas consignés les échanges entre les conseillers municipaux?

Quels que soient leur appartenance politique et "leur grade", ils représentent les citoyens et ont été élus dans ce but; quand ils posent des questions c'est au nom des citoyens et on doit leur répondre précisément et si ça ne doit pas être dans le procès-verbal pour des questions de lourdeurs administratives, du moins pourrait-on enregistrer en audio les débats et les mettre à la disposition des citoyens sur le site Internet de la Ville.

Cette évolution

La Gazette de Sète: Les séances du conseil municipal font l'objet d'un enregistrement audio. Un compte rendu rapide de ces enregistrements est ensuite établi et disponible pour les élus.

23:06 Publié dans Actualités, Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : conseil municipal, droit, information | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

02/03/2009

PADD et DUP ...

A l'occasion des 3 enquêtes simultanées lancées pour déclaration d'utilité publique(DUP)  de 3 Îlots : EUZET - Quai des Moulins - Maréchal Juin, nous rappelons ce communiqué distribué avant la tenue du Conseil Municipal de 18 juin 2008 qui adoptait le PADD.

 

PADD

 

 

Le temps de la réflexion et de la démocratie locale

Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable est l’une des pièces maîtresse constitutives du Dossier de Plan Local d’Urbanisme (ancien POS) puisqu’il expose le projet d’urbanisme de la commune de 2015 à 2030. C’est dire son importance capitale pour les Sétois et leurs enfants. C’est un moment essentiel de vie citoyenne et de démocratie locale.

Son élaboration dépasse donc la seule consultation des élus et des experts. Tous les habitants sont concernés et, en premier lieu, les acteurs sociaux, associatifs et économiques de Sète.

Or, le maire, contesté à juste titre par une partie du CM dont l’une de ses propres élues à l’Environnement, tente de passer en force sa vision de notre ville : pas de consultation de sa propre commission d’urbanisme municipale au préalable avant la première tentative de passage en Conseil Municipal, pas d’information détaillée à ses propres élus majoritaires...

Et la nouvelle présentation au vote prévue en Conseil Municipal ce mardi 25 novembre prochain n’a toujours pas permis une véritable lecture de ce qui est réservé à Sète demain.

En effet, la municipalité exprime sa volonté de faire croître la population de la ville de plus de 5.000 habitants pour 2015 et la porter ainsi à 47.000 habitants. Puis à pus de 50.000. Avec comme priorité de rentrer des recettes fiscales. Et même si ce nombre est aujourd’hui minimisé, rien n’atteste des limites fixées à cette croissance démographique.

 

 

Ensuite croissance démographique à quel prix?

Faute de réserves foncières, faudra-t-il rogner sur les espaces boisés pour trouver des terrains à bâtir ou devra-t-on favoriser la construction de hauts immeubles?
Ceux-ci pourront-ils s’ériger en tout point de Sète ou bien continueront-ils à défigurer l’environnement de certains quartiers identitaires à préserver?
Le développement économique, certes, indispensable de notre ville, doit-il se faire au détriment de la spécificité de notre ville ?

Autant de questions qui restent en suspens ! Et seul la présentation en réunion publique du PLU, qui fixe seul les règles d’urbanisme, en parallèle au PADD peut répondre à ces questions

On le voit, l’élaboration du PADD ne peut faire l’économie d’une réflexion approfondie et d’une vaste consultation.
Il nous faut, en effet, prendre en compte tous les paramètres qui constituent la vie des Sétois et l’identité de notre «île singulière » : l’emploi, les transports, les perspectives de développement économique, la circulation, la mixité sociale, la place des jeunes, des équipements et des espaces verts, le mode d’urbanisation, la préservation et la mise en valeur de notre patrimoine, l’intercommunalité... le tout inscrit dans un contexte de crise, de mutation sociale et de préoccupations écologiques.

C’est pourquoi nous réclamons:

• La présentation publique du PADD et du PLU en Conseil Municipal
• la création d’une commission municipale associant majorité et opposition et ouverte à des représentants de la société civile. Elle sera chargée du suivi et de l’information;
• des réunions de quartiers en présence d’élus et d’experts;
• des réunions de consultations avec les acteurs sociaux, associatifs et économiques de la ville
• la création d’un comité de contrôle par la population sur les engagements des élus, clairement énoncés

Lors de la séance du CM du mardi 25 novembre prochain, il nous faudra être nombreux, élus et public associés, à soutenir cette conception de la démocratie locale pour faire pression sur la Municipalité.

Grégory NAMIECH
Vice-Président « Force Citoyenne »

Marialys CARAMEL
« Entre Mer & Étangs – Sète Environnement »

16:30 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : padd, plu | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

23/01/2009

Extraits du discours d'investiture de Barack Obama

Pour ceux qui ne se sont pas rassasiés aux voeux du Maire; Pour ceux qui pensent que "cultiver ses talents",  ce n'est pas forcément terminer une allocution de nouvelle année par une langue de bois électoraliste censée démontrer un juste triomphe sur d'honorables concitoyens qui ne font qu'assumer leurs responsabilités de simple citoyen; Pour ceux qui aspirent à des dialogues moins franchouillards et de sérieux changement en la matière; Voici quelques extraits du discours d'investiture du 1e président "noir américain" , qui en ses temps extrêment difficiles, réconfortent et apportent joie par leur lucidité et leur hauteur de préoccupations : 

(Traduit par AFP)

"Notre économie est gravement affaiblie, conséquence de la cupidité et de l'irresponsabilité de certains, mais aussi de notre échec collectif à faire des choix difficiles et à préparer la nation à une nouvelle ère. Des gens ont perdu leur maison ou leur emploi, des entreprises ont dû fermer leurs portes. Notre système de santé coûte trop cher. Nos écoles laissent tomber trop d'enfants et chaque jour apporte de nouvelles preuves que la façon dont nous utilisons l'énergie renforce nos adversaires et menace notre planète. (...)

En ce jour nous proclamons la fin des doléances mesquines et des fausses promesses, des récriminations et des dogmes éculés qui ont pendant trop longtemps étouffé notre vie politique. (...)

Ce que les cyniques ne peuvent pas comprendre, c'est que le sol s'est dérobé sous leurs pieds et que les arguments politiques rancis auxquels nous avons eu droit depuis si longtemps, ne valent plus rien. La question aujourd'hui n'est pas de savoir si notre gouvernement est trop gros ou trop petit, mais s'il fonctionne - s'il aide les familles à trouver des emplois avec un salaire décent, à accéder à des soins qu'ils peuvent se permettre et à une retraite digne. Là où la réponse à cette question est oui, nous continuerons. Là où la réponse est non, nous mettrons un terme à des programmes.

Et ceux d'entre nous qui gèrent les deniers publics seront tenus de dépenser avec sagesse, de changer les mauvaises habitudes, de gérer en pleine lumière - c'est seulement ainsi que nous pourrons restaurer l'indispensable confiance entre un peuple et son gouvernement.

La question n'est pas non plus de savoir si le marché est une force du bien ou du mal. Sa capacité à générer de la richesse et à étendre la liberté est sans égale. Mais cette crise nous a rappelé que sans surveillance, le marché peut devenir incontrôlable, et qu'une nation ne peut prospérer longtemps si elle ne favorise que les plus nantis. Le succès de notre économie n'est pas uniquement fonction de la taille de notre produit intérieur brut. Il dépend aussi de l'étendue de notre prospérité, de notre capacité à donner une chance à ceux qui le veulent - non par charité mais parce que c'est la meilleure voie vers le bien commun. (...)

A ceux qui s'accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude, et en bâillonnant les opinions dissidentes, sachez que vous êtes du mauvais côté de l'histoire, mais que nous vous tendrons la main si vous êtes prêts à desserrer votre étau. (...)

Les défis face à nous sont peut-être nouveaux. Les outils avec lesquels nous les affrontons sont peut-être nouveaux. Mais les valeurs dont notre succès dépend, le travail, l'honnêteté, le courage et le respect des règles, la tolérance et la curiosité, la loyauté et le patriotisme, sont anciennes. Elles sont vraies. Elles ont été la force tranquille du progrès qui a sous-tendu notre histoire. Ce qui est requis, c'est un retour à ces vérités. Ce qui nous est demandé maintenant, c'est une nouvelle ère de responsabilité, une reconnaissance, de la part de chaque Américain, que nous avons des devoirs envers notre pays et le monde, des devoirs que nous n'acceptons pas à contrecoeur mais saisissons avec joie, avec la certitude qu'il n'y a rien de plus satisfaisant pour l'esprit et qui définisse notre caractère, que de nous donner tout entier à une tâche difficile. (...)"

Intégralité à relire sans modération dans Midi Libre

http://www.midilibre.com/articles/2009/01/20/20090120-Mon...

08:49 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : obama, investiture, valeurs, hauteur, lucidité, préoccupations | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

09/01/2009

AVE CAESAR, CEUX QUI VONT MOURIR TE SALUENT

Le Maire et le conseil municipal présentent leurs vœux à travers une campagne publicitaire intitulée "SETE CULTIVE SES TALENTS". Les différentes célébrités locales mises à contribution pour illustrer le slogan « Sète cultive au quotidien l'héritage d'hier pour encourager les talents d'aujourd'hui et faire éclore ceux de demain » servent à couronner un bilan si modeste de l’action municipale qu’on pourrait envisager de le faire entrer au MIAM.

Si cette année 2009, nous restions dans la modestie, tout irait bien, car les sétois sont des gens simples ; toujours prêts à partager leur bonne humeur, ils adorent faire les choses de bon cœur et à la bonne franquette.

Mais en faisant voter le 22 juillet dernier l’ouverture d’une enquête dont on vient de lancer la publicité ces derniers jours, qui vise à déclarer d’utilité publique la destruction d'immeubles et l'expulsion de leurs occupants, on tombe dans le registre du cynisme.

En jetant leurs administrés dans l’arène des expropriations et expulsions, les Consuls ne sont plus seulement ce pâté de maison qui a surgi à la place de l’Athénée, ce sont aujourd’hui, le Maire et sa garde prétorienne qui exercent leur pouvoir, qualifié comme je leur ai souvent entendu dire avec fierté, de « Droit du Sol ».

Sétois, à la tête d’une entreprise de commerce sétoise, transmise de père en fils depuis 4 générations, qui représente des décennies de labeur, de tissage de liens multiples, de talents et de savoir-faire échangés, je ne demandais moi aussi qu’à cultiver au quotidien mon héritage d’hier, pour l’adapter aux impératifs économiques de notre époque et à mon tour le transmettre.

Et ces autres sétois de souche, âgés, à la santé précaire, pas riches, qui doivent revendre leur maison de campagne de Poussan qu’ils ont mis toute une vie à épargner, pour vivre en ville, parce que s’il leur arrive un accident, ils espèrent avoir des secours un peu plus rapide que là-bas… ici, dans leur petit appartement à tout petit loyer où ils ont toujours vécu, qu’ils n’ont jamais lâché, dans un immeuble certes pas entretenu depuis des années, dont le propriétaire bien plus fortuné sait lui, que sans se fatiguer, sans risque, la SA ELIT le lui rachetera, où vont-ils aller quand on va les chasser pour raser leur immeuble ?

Monsieur le Consul, Mesdames et Messieurs de la garde prétorienne - BONNE ANNEE 2009 à VOUS TOUS

"AVE CAESAR, CEUX QUI VONT MOURIR TE SALUENT"
  Spartacus

---
JV

18:00 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

Sète, un cimetière marin ?

La "com" de la ville, "CULTIVONS NOS TALENTS" qui se décline en "cultivons au quotidien l'héritage d'hier pour encourager les talents d'aujourd'hui et faire éclore ceux de demain", n'est qu'une campagne de communication de plus sans rapport avec des pratiques réelles de nos édiles municipales moins glorieuses.

  • L'enquête publique qui doit permettre de déclarer d'utilité publique la destruction d'immeubles et l'expulsion de leurs occupants, qui a été voté le 22 juillet dernier et dont on vient de lancer la publicité, en est l'exemple le plus récent.

    Dans le cas de la rue EUZET, par exemple , c'est l'essor de tout un quartier particulièrement vivant et représentatif de notre ville qui  a été bloqué par une politique de rachats de la ville  qui dure depuis plus de 10 ans; 10 ans d'enlaidissement de tout un côté de rue avec pour seule distraction de l'oeil une enfilade de palmiers et les façades du côté préservé; 10 ans de perte de prospérité car 10 ans d'investissements privés rendus impossibles pour les particuliers concernés; 10 ans de dénaturation de la joie de vivre de ce quartier, en raison des inquiétudes engendrées par cette rénovation synonyme de coûts supplémentaires irrécupérables pour ceux qui les subissent.

  • Les promesses du PADD de mettre la charrue avant les boeufs, c'est à dire de bâtir, de bâtir, de bâtir (en sautant comme un cabri...)  et de porter la population à près 50.000 habitants aux alentours de 2015, sans favoriser le développement de secteurs de notre économie locale autres que la construction et les travaux publics,  en est un autre exemple, sûrement pas le dernier, d'une liste qui ne cessera de s'allonger !

    Avec une offre d'emplois quasi nulle, la captation d'une clientèle tentée d'habiter Sète pour son soleil, très moyennement aisée et âgée, ce n'est plus seulement le "cimetière des riches" qu'on appelera le Cimetière Marin, c'est tout le Sète futur qu'on nous promet !

Franchement, qui peut imaginer un seul instant un Paul VALERY ou Georges BRASSENS, partisans de telles couillonnades ?

Le poète symbolique pour qui  la nature est un bijou,  élevait son âme sur sa "mer toujours recommencée" à travers les pins non abattus. Si le BORLOO qui se transportera sur Saint Clair, pouvait en prendre de la graine et pas jouer le mulet...

Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée
O récompense après une pensée
Qu'un long regard sur le calme des dieux!
Quel pur travail de fins éclairs consume
Maint diamant d'imperceptible écume,
Et quelle paix semble se concevoir !
Quand sur l'abîme un soleil se repose,
Ouvrages purs d'une éternelle cause,
Le temps scintille et le songe est savoir.

Quant à l'admirateur de François VILLON, qui a repris le poème de Jean RICHEPIN "Les Oiseaux de passage", nous imaginons volontiers qu'il défendrait comme CETTE Evolution, ceux qui sont heureux dans leur mansarde et ne veulent pas être déracinés pour le bon plaisir des notables.

J'avais un' mansarde
Pour tout logement
Avec des lézardes
Sur le firmament
Je l'savais par coeur depuis
Et pour un baiser la course
J'emmenais mes bell's de nuits
Faire un tour sur la grande ourse

J'habit' plus d' mansarde
Il peut désormais
omber des hall'bardes
Je m'en bats l'oeil mais
Mais si quelqu'un monte aux cieux
Moins que moi j'y paie des prunes
Y a cent sept ans qui dit mieux,
Qu' j'ai pas vu la lune

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux

16:51 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : renovation urbaine; sete | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

LES OISEAUX DE PASSAGE (Jean RICHEPIN / BRASSENS)

Ô vie heureuse des bourgeois Qu'avril bourgeonne
Ou que décembre gèle, Ils sont fiers et contents
Ce pigeon est aimé, Trois jours par sa pigeonne
Ça lui suffit il sait Que l'amour n'a qu'un temps
Ce dindon a toujours Béni sa destinée
Et quand vient le moment De mourir il faut voir
Cette jeune oie en pleurs C'est la que je suis née
Je meurs près de ma mère Et je fais mon devoir
Elle a fait son devoir C'est a dire que Onques
Elle n'eut de souhait Impossible elle n'eut
Aucun rêve de lune Aucun désir de jonque
L'emportant sans rameurs Sur un fleuve inconnu
Et tous sont ainsi faits Vivre la même vie
Toujours pour ces gens là Cela n'est point hideux
Ce canard n'a qu'un bec Et n'eut jamais envie
Ou de n'en plus avoir Ou bien d'en avoir deux
Ils n'ont aucun besoin De baiser sur les lèvres
Et loin des songes vains Loin des soucis cuisants
Possèdent pour tout coeur Un viscère sans fièvre
Un coucou régulier Et garanti dix ans

Ô les gens bien heureux Tout à coup dans l'espace
Si haut qu'ils semblent aller Lentement en grand vol
En forme de triangle Arrivent planent, et passent
Où vont ils? qui sont-ils ? Comme ils sont loin du sol
Regardez les passer, eux Ce sont les sauvages
Ils vont où leur désir Le veut par dessus monts
Et bois, et mers, et vents Et loin des esclavages
L'air qu'ils boivent Ferait éclater vos poumons
Regardez les avant D'atteindre sa chimère
Plus d'un l'aile rompue Et du sang plein les yeux
Mourra. Ces pauvres gens Ont aussi femme et mère
Et savent les aimer Aussi bien que vous, mieux
Pour choyer cette femme Et nourrir cette mère
Ils pouvaient devenir Volailles comme vous
Mais ils sont avant tout Des fils de la chimère
Des assoiffés d'azur Des poètes des fous
Regardez les vieux coqs Jeune Oie édifiante
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux
Et le peu qui viendra d'eux à vous
C'est leur fiente Les bourgeois sont troublés
De voir passer les gueux

01:33 Publié dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | | Tags : richepin, brassens | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |