Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/01/2009

Les Consuls

L'immeuble les Consuls est loin d'être un bon ambassadeur du programme de rénovation urbaine de la rue Honoré EUZET à Sète.

Dans ce digne immeuble comprenant pas moins de 0% d'appartements sociaux :

- 6 appartements au moins, sur 42 sont vides (soit 15% de taux de non occupation). Sur ces 6 appartement vides, 3 sont en attente de location, à environ 15€ le m², il faut pas loin de 2500€ de revenus pour un T3; les 3 autres sont à vendre !

- sur 3 locaux commerciaux, celui qui a la plus petite ouverture, proposé à la location à environ 1000€ par mois, n'a toujours pas trouvé preneur.

- 1 parking fermé donnant sur la rue Clavel n'aurait pas trouvé acquéreur, aussi.

Enfin, petits arrangements entre grands de ce petit monde sétois :

L'un des derniers Conseil Municipal nous apprenait que FDI Promotion a versé à la Municipalité une pénalité pour avoir éliminé de sa réalisation pas moins de 29 parkings sur 2 niveaux et en avoir livré que 39 (voir image ci-dessous et plan du niveau supérieur ici).

Cette surface de parkings non construits, restée propriété de FDI Promotion, devra être racheté par la SA Elit, pour réaliser la 2e tranche de rénovation. Cliquer sur la photo pour l'agrandir :

IMG_3089.JPG

On est irrémédiablement amené à penser que notre Municipalité fauchée comme les blés, et son compère FDI Promotion qui doit avoir besoin de ronds, ont trouvé un bon compromis entre eux en s'arrangeant sur le dos des normes et des occupants.

 

Quant à cette 2e tranche de rénovation, elle devrait autoriser la destruction des immeubles allant de l'angle de la rue de la Lapeyrade et la rue Euzet, au 1e bâtiment jouxtant les Consuls; ce dernier toutefois, étant épargné de toute destruction ou rénovation, en raison de la "qualité de sa construction", devrait voir son riche écrin Consulaire doublé sur bâbord. Si bien, que ce nôble bâtiment s'est déjà vu surnommer, la "Verrue".

 

Extrait du site Internet de la Ville de Sète :

 


Un quartier rajeunit (19 avril 2006)

Sitôt achevés les travaux de voirie, la rue Maurice Clavel, à son intersection avec la rue Euzet, a vu s’ouvrir un important chantier : la démolition des immeubles allant de la Brasserie Alsacienne jusqu’au centre sportif.



François Commeinhes a visité mercredi cet ilot où fin 2007 seront livrés 42 logements et 39 parkings.

On trouvera 24 T2 de 48m2, 13 T3 de 71 m2 et 5 T4 de 83 m2. la moitié de ces logements est déjà vendue sur plans par FDI Promotion ainsi que les commerces en rez-de-chaussée où s’installeront la pharmacie de la rue Euzet, les vêtements Vié et le Bar Athénée.

En attendant, la Brasserie et les chais Doumayrou sont démolis par les spécialistes d’AD, société spécialisée qui traite les déchets par tri sélectif. Bientôt, ce sera le tour de l’ex-cinéma Athénée, puis des immeubles contigus.

Une opération menée en partenariat avec la ville par la Semalis que dirige Régis Magat.

05/11/2008

Témoignage : Rénover et déloger

Le projet (ou l'argent ?) n'a que faire des personnes et de leurs histoires

Dans le cadre du projet PRI, la SA Elit commanditée par la municipalité, n'a de cesse de s'enquérir et d'acheter le maximum de locaux, d'appartements et d'immeubles entiers sur les quartiers concernés, particulièrement en ce moment à l'Ile Sud.

Mais s'interrogent-ils sur les dégâts causés sur les personnes ? Ils n'en ont que faire. Vite et bien, le moins cher possible et en faisant pression sur les gens pour qu'ils paniquent et vendent au moindre prix.

Beaucoup de personnes âgées sont concernées. C'est difficile pour tout le monde de se séparer d'un lieu connu depuis longtemps, mais pour elles ?

A plus que 80 ans est-il nécessaire de les faire déménager ? N'y a-t-il pas d'autres solutions surtout si elles ont toujours vécu là ? N'est-ce pas l'occasion de provoquer chez elles, la maladie, la déprime, et peut-être même de les faire renoncer à se battre pour vivre ?

Une dame, près de 80 ans, me disait ce matin : "ils m'ont donné 6 mois de plus, je devais partir maintenant, cela me laisse encore un peu de temps"

Non loin de là, un couple, le monsieur de 90 ans atteint de la maladie de Alzheimer, la dame quelques années de moins, sont priés de partir ….

Une autre, 82 ans vient d'accepter de vendre son garage à la SA Elit après moult pressions et menace d'aller au tribunal. "Ça fait longtemps que j'ai ce garage, on l'a acheté cher ; ils ne tiennent pas compte de ça, ils voient seulement l'état aujourd'hui. Ca me désole mais ce qui me rend le plus malade, c'est de vider ce qu'il y a dedans, j'y entreposais les affaires de mes parents, remuer tous ces vieux souvenirs, c'est ça qui me rend mal."

Le projet concret de réhabilitation est, pour l'instant, surtout virtuel aux dires de responsables. De plus, avec la conjoncture actuelle de crise financière, de faillite de certains promoteurs, qu'en sera-t-il demain ?

Transplanter ces personnes dans un autre lieu qu'elles n'auront sans doute pas choisi mais accepté par crainte. Sortir de la poussière tous les vieux souvenirs ! Est-ce indispensable ?

Et si le projet de réhabilitation ne voyait pas le jour avant 10 ans ?

Si ces personnes déménageaient pour rien ?

Un plan de réhabilitation bien conçu aurait prévu de conserver un temps ces logements, pendant des travaux ailleurs et de les laisser vieillir en paix là où elles ont toujours demeuré.

Nicole Bandelier le 3 nov. 08