Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/08/2014

Smart city : "L'intelligence d'une ville est celle de ses habitants", d'après Jean-Louis Missika

Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, explique pourquoi et comment Paris va devenir une smart city.

http://www.usine-digitale.fr/article/smart-city-l-intelli...

Smart city : "L'intelligence d'une ville est celle de ses habitants", d'après Jean-Louis Missika

 

L'Usine Digitale - Quand on parle smart city, on cite Barcelone, Singapour, New York, voire Londres ou Stockholm… Mais rarement Paris. Pourquoi ?

Jean-Louis Missika - C’est un problème de communication. Le cas de Barcelone est particulier. Des expérimentations, orchestrées par des grands opérateurs, y sont particulièrement mises en valeur. Les autres sont des villes qui communiquent avec peut-être davantage de moyens. Mais Londres, par exemple, n’est pas forcément plus avancé que Paris sur ces sujets. Et outre Autolib’ et Vélib’, Paris a mené nombre d’expérimentations, notamment sur la récupération de la chaleur, l’installation de panneaux photovoltaïques et le traitement des déchets. Durant cette mandature, nous allons réaliser ce qui n’avait pas été fait, c’est-à-dire le passage à une grande échelle. Alors, nous parlerons beaucoup de Paris, car les réalisations seront réellement innovantes.

Quelle est la problématique phare de Paris, ville intelligente ?

Je mettrais en avant la notion d’humanité. Le concept de smart city englobe beaucoup d’aspects, non encore stabilisés. Les grands opérateurs, et notamment ceux des systèmes d’information, réfléchissent en termes de tableau de bord, de modélisation de la ville. Mais les théoriciens, les philosophes de la ville montrent qu’elle n’est pas modélisable, qu’elle dépasse toujours les modèles intégrés dans lesquels on veut la faire rentrer. L’intelligence d’une ville, c’est l’intelligence de ses habitants.

Quelles garanties pouvez-vous apporter aux citoyens pour que la ville intelligente ne soit pas qu’une ville de contraintes et de privation de libertés ?

Il y a plusieurs sujets. Concernant l’anonymat des données, collectées notamment par les compteurs intelligents à domicile, c’est une garantie que nous pouvons apporter facilement pour les données que nous contrôlons, et que nous pouvons exiger des autres pour celles que nous ne contrôlons pas. Concernant la surveillance par les caméras, la ville de Paris n’est pas favorable à un système panoptique. La vidéoprotection est nécessaire, mais ne doit pas se substituer à la présence physique de policiers dans les rues. On doit mettre des caméras uniquement là où c’est nécessaire. Et concernant la mise en relation des grands systèmes d’information de la ville, aucun habitant ne peut être contre, car cela améliore la qualité de vie. Il ne faut pas surévaluer les risques. Le maire de Paris n’aura pas sur son bureau un tableau de bord de suivi en temps réel de tout ce qui se passe dans la capitale.

À quoi servira la mission Ville intelligente au sein de la mairie de Paris ?

La smart city consiste à produire de la transversalité. Or la mairie de Paris est historiquement organisée en grandes directions verticales : voirie, propreté, espaces verts, architecture… Cette mission est un accélérateur de projets. Le travail de la petite équipe rattachée au secrétariat général consiste à repérer dans les feuilles de route les sujets de type smart city. Et de travailler avec les adjoints sur ces sujets transversaux. La digitalisation concerne, par exemple, trois ou quatre adjoints différents. Idem pour l’énergie, l’extension du Wi-Fi ou la mise en relation des réseaux.

Où en êtes-vous de la définition d’une feuille de route pour les réseaux intelligents et de la mise à disposition des big data ?

Les smart grids, c’est considérer que l’information produite par un réseau physique d’eau, de chaleur, de transport doit permettre de faire mieux fonctionner la ville. Et que ces différents réseaux doivent dialoguer entre eux. C’est plus difficile à faire qu’à dire. Il y a des obstacles technologiques. Mais aussi juridiques, car lorsqu’il y a délégation de service public, l’opérateur est propriétaire des données s’il n’est pas stipulé qu’elles doivent être ouvertes dans le contrat. C’est tout ce travail que nous devons mener avec nos partenaires, sachant que la donnée est aussi considérée par les opérateurs privés comme un avantage compétitif. Les raisons de leurs réticences à l’open data ne sont pas toutes illégitimes. Mais on ne peut plus se permettre de discuter au cas par cas avec les opérateurs. Nous avons introduit une clause open data par défaut dans les tous les appels d’offres de la ville de Paris. Elle précise que les données produites dans le cadre du contrat sont libres et doivent être accessibles sans commercialisation et sans restrictions autres que celles liées à la sécurité. Cela va nous permettre, dans la durée, à mesure que les contrats se renouvelleront, d’avoir un système où l’interopérabilité des systèmes d’information sera garantie par ces clauses.

Vous critiquez le compteur d’électricité Linky dit intelligent. Y aura-t-il une autre solution pour Paris ?

Nous ne pouvons rien contre. Linky est une décision d’EDF soutenue par le gouvernement. Nous pensons qu’il devrait être plus ouvert, mais nous ne pouvons pas refuser. Nous pouvons juste favoriser les développements de solutions alternatives. Dans la précédente mandature, nous avons financé un appel à projets sur l’efficacité énergétique et un projet de capteurs citoyens, avec des solutions ouvertes où la donnée appartient d’abord à celui qui l’a produite. Je suis raisonnablement optimiste sur ces questions d’open innovation. C’est un phénomène qui caractérise nos sociétés au XXIe siècle. Les entreprises qui résistent risquent de se faire contourner par les usagers et de perdre le contrôle. On l’a expliqué à la RATP. Mais cela risque d’arriver à EDF, au Syndicat des transports d’Île-de-France…

Avez-vous un calendrier pour l’extension du Wi-Fi ?

L’objectif est de lancer un dialogue compétitif à la rentrée, pour trouver le modèle économique et technique le plus intéressant. Il concernera les grands opérateurs télécoms, mais aussi des acteurs du mobilier urbain, des acteurs spécialisés dans les réseaux professionnels d’entreprises…

Quel est le retour d’expérience de Velib’ et d’Autolib’ ?

Ces succès militent en faveur de l’idée que la grande échelle est importante. C’est ce que l’on va faire maintenant. Ce qui a fait la force de Velib’, c’est le maillage. Aucun Parisien n’est à moins de 370 mètres d’une station. À terme, pour Autolib’, ce sera 500 ou 600 mètres. Surtout, Velib’ n’a pas été conçu pour les touristes, mais pour les déplacements quotidiens des Parisiens. Et le service est en lien avec les autres modes de transport. Ce n’est pas un gadget, mais un outil de transformation des déplacements dans la ville. C’est pareil pour Autolib’, qui est un élément du passage du véhicule propriété au véhicule service. Durant cette mandature, nous allons essayer de tout mutualiser. Les parkings privés, les véhicules privés avec l’autopartage… La ville doit accompagner, orchestrer, réguler. Elle doit faire en sorte que l’idée d’un véhicule individuel soit la dernière qui arrive à l’esprit d’un Parisien ou d’un Grand-Parisien.

Qu’attendez-vous de votre politique de marque ?

Nous en attendons un peu d’argent, un minimum de qualité et la possibilité de capitaliser sur un certain niveau d’exigence. Paris est l’une des marques les plus connues de la planète. Je compte beaucoup sur le " .paris", lancé en mai, pour élargir le territoire numérique à l’ensemble des gens qui ont un lien avec Paris.

Quelles sont vos ambitions pour Paris, ville intelligente ?

Nous avons des objectifs quantitatifs très ambitieux. Nous voulons tripler les énergies renouvelables dans le mix énergétique de la ville, parvenir à 100 000 m² de végétalisation des toits et terrasses, et nous fixons un objectif zéro déchet, zéro carbone dans les nouveaux quartiers. San Francisco a réussi à recycler 80 % de ses déchets. Paris devrait pouvoir passer de 15 % aujourd’hui à 65 % en 2020. Et j’aimerais que l’intermodalité pour les déplacements des Parisiens soit complètement actée dans les outils qu’ils utilisent au quotidien. Ce qui suppose que l’on fasse bouger les lignes, notamment au Stif. On travaille également sur le dernier kilomètre de logistique urbaine, avec La Poste entre autres. Je voudrais surtout qu’il y ait une prise de conscience collective. L’intelligence de la ville est celle de ses citoyens, le comportement des Parisiens doit évoluer. L’idée que le citoyen soit au cœur de la démarche, ce n’est pas que des mots. C’est la spécificité de la ville intelligente à Paris. C’est pour cela que la même équipe qui traite des smart networks a aussi en charge les outils de l’engagement citoyen, pour capter l’intelligence collective. Un budget de 1 milliard d’euros est prévu, durant toute la mandature, pour faire de Paris une ville intelligente et durable.

Propos recueillis par Aurélie Barbaux et Pascal Gateaud

25/05/2014

Bus34 une Apps pour vos téléphones utilisant Android

Une application développé par Mathias Monnerville de Frontignan, pour avoir les horaires des 15 lignes de Thau Agglo, des 36 lignes de TAM (Agglo Montpellier, dispo mois prochain) et des 65 lignes Hérault Transport

Bus34 est téléchargeable sur le Play Store d’Androïd depuis janvier 2012 et gratifié de cinq étoiles par les utilisateurs.

Les détenteurs de téléphones qui ne fonctionnent pas sous Androïd, ou pour un ordinateur à la maison, accèdent, eux, par internet aux services de Bus34 grâce au moteur de recherche en ligne: 34.businfo.fr

http://www.midilibre.fr/2014/05/20/un-ingenieur-muscatier...

En espérant que d’autres développeurs prennent la relève sur d’autres sujets...
 
Sans aller jusqu'au développement d'applications, un projet alternatif qui inciterait les jeunes à documenter Wikipedia avec des articles sur Sète ou le Bassin de Thau, serait bienvenu : Par exemple un bel article sur le théâtre Molière rénové, qui avec ses plus de 1000 places pour sa salle principale, se classe dans des capacités d'accueil du public proches de  celle de l'Opéra Comédie de Montpellier ou du non moins célèbre Capitole de Toulouse. Il pourrait compléter cet aricle de 2007 sur ce Wiki sur Sète, un site http://www.regionsud.com/  moins connu que Wikipedia.

 


Mots clés eBuzzing : ,

Pour les horaires SNCF en région, télécharger sur le Play Store Androïd l’app “TER Mobile”.

11/05/2014

Rôle des parlementaires européeens - Classement des français

Le site VoteWatch est un exemple d’application du principe d’ouverture des données au niveau européen. 

Vu les scores de certains de nos députés les plus célèbres, on devine que l’Open Data leur pose autant de soucis que la publications de leur patrimoine personnel et qu’ils freineront des 4 fers lors de la transposition de cette directive en droit français.

Inscrivez-vous sur le site VoteWatch pour participer aux votes comme les députés européens et suivre  leurs choix.
S’inscrire ici http://www.votewatch.eu/signin.php?return_path=http%3A%2F...

 
Sur le travail de l’eurodéputé :

Cet extrait du journal de 13h de France Inter ce 9 Mai 2014, avec une Interview de Michèle RIVASI, résumant ce travail.

Rôle et limites du Parlementaire Européen

Classement des membre du Parlement européen par agrégation et rapprochement des votes des parlementaires et des inscrits à VoteWatch utilisant l’outil VoteWatchTool pour voter en parallèle avec les élus :

Ce dernier est limité et relatif aux seuls membres du parlement envoyés par la France dans leur ensemble.  Pour d’autres classements des français parmi les 577 députés, naviguer à partir http://www.votewatch.eu/ choisir le menu “European Parliament”, sous Menu “MEPs” puis une des 3 options de “Rankings”

Dans le tableau ci-dessous http://www.votewatch.eu/en/votematch-mep-ranks.html#/#7/0..., il suffit de cliquer sur le nom pour obtenir le résumé de l’activité parlementaire  de la personne.

The statistics below show the aggregated results of the votes cast by all registered users who used the VoteMatch tool. - See more at: http://www.votewatch.eu/en/votematch-mep-ranks.html#sthash.qqTq7in4.dpuf

Avertissement (mise à jour du 21/05/2014) : La découverte via "Internet Sources of the European Union" http://www.keele.ac.uk/depts/por/eu.htm du site "Mep Ranking" The best Quantitative View of the European Parliament Activity  http://www.mepranking.eu/mep.php apporte une vision sensiblement différente du travail des députés que celle fournie ci-dessous par VoteWatch. Par exemple les activités des MEP synthétisés ci-dessous n'expliquent les scores de VoteWatch.
http://www.mepranking.eu/mep.php?id=97076 Corinne LEPAGE
http://www.mepranking.eu/mep.php?id=97076 Robert ROCHERFORT
http://www.mepranking.eu/mep.php?id=96744 José BOVÉ
http://www.mepranking.eu/mep.php?id=96743 Michèle RIVASI
http://www.mepranking.eu/mep.php?id=96742 Jean-Luc Mélenchon


Name

European Party Group

Member State

Net score

Analyze

BOVÉ José

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

5862

Analyze

FLAUTRE Hélène

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

5862

Analyze

GUILLAUME Sylvie

France

4878

Analyze

RIVASI Michèle

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

4504

Analyze

COHN-BENDIT Daniel

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

4186

Analyze

VERGNAUD Bernadette

France

3108

Analyze

COCHET Yves

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

3021

Analyze

PARGNEAUX Gilles

France

2794

Analyze

KIIL-NIELSEN Nicole

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

2692

Analyze

GOULARD Sylvie

France

2192

Analyze

TIROLIEN Patrice

France

2034

Analyze

LEPAGE Corinne

France

2024

Analyze

DELLI Karima

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

1898

Analyze

GRÈZE Catherine

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

1898

Analyze

TRAUTMANN Catherine

France

1708

Analyze

HOANG NGOC Liem

France

1708

Analyze

ALFONSI François

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

1248

Analyze

BÉLIER Sandrine

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

1086

Analyze

CASTEX Françoise

France

516

Analyze

ROCHEFORT Robert

France

370

Analyze

GRIESBECK Nathalie

France

370

Analyze

SARNEZ Marielle de

France

304

Analyze

BENARAB-ATTOU Malika

France

16

Analyze

HÉNIN Jacky

France

-376

Analyze

BENNAHMIAS Jean-Luc

France

-672

Analyze

WEBER Henri

France

-1936

Analyze

JADOT Yannick

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

-2636

Analyze

BERÈS Pervenche

France

-2654

Analyze

OMARJEE Younous

France

-2831

Analyze

BESSET Jean-Paul

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

-3118

Analyze

BOULLAND Philippe

France

-3946

Analyze

ROATTA Jean

France

-4353

Analyze

LE BRUN Agnès

France

-4730

Analyze

GAUZÈS Jean-Paul

France

-5352

Analyze

FRANCO Gaston

France

-5352

Analyze

SAÏFI Tokia

France

-5410

Analyze

LE GRIP Constance

France

-5693

Analyze

LE HYARIC Patrick

France

-6252

Analyze

VERGIAT Marie-Christine

France

-6562

Analyze

PROUST Franck

France

-6824

Analyze

HORTEFEUX Brice

France

-7466

Analyze

CAVADA Jean-Marie

France

-7566

Analyze

GALLO Marielle

France

-7810

Analyze

MORIN-CHARTIER Elisabeth

France

-7876

Analyze

STRIFFLER Michèle

France

-7876

Analyze

GROSSETÊTE Françoise

France

-7876

Analyze

DE VEYRAC Christine

France

-7876

Analyze

DANJEAN Arnaud

France

-7876

Analyze

DAUL Joseph

France

-7876

Analyze

AUDY Jean-Pierre

France

-7876

Analyze

DANTIN Michel

France

-7946

Analyze

AUCONIE Sophie

France

-8660

Analyze

LAMASSOURE Alain

France

-8660

Analyze

JUVIN Philippe

France

-8660

Analyze

VLASTO Dominique

France

-9440

Analyze

DATI Rachida

France

-9440

Analyze

RIQUET Dominique

France

-9452

Analyze

MATHIEU HOUILLON Véronique

France

-9816

Analyze

CADEC Alain

France

-10334

Analyze

SANCHEZ-SCHMID Marie-Thérèse

France

-10696

Analyze

PONGA Maurice

France

-11906

Analyze

GOLLNISCH Bruno

France

-12242

Analyze

JOLY Eva

Group of the Greens -  European Free Alliance

France

-12328

Analyze

LE PEN Jean-Marie

France

-12356

Analyze

MÉLENCHON Jean-Luc

France

-13967

Analyze

LE PEN Marine

France

-17564

Analyze

VILLIERS Philippe de

France

-20258

Analyze

01:31 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique, 1.4.1 Open Data | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

07/05/2014

Données personnelles

Gilles Babinet pour un contrat équilibré entre les citoyens et les collecteurs de données.

(Extrait de Capital Mai 2014 qui consacre un dossier sur les grands du Web  “Ce qu’ils savent sur vous, comment ils en tirent profit…”)

Un point de vue déjà exprimé par  Daniel KAPLAN dans “Relever le défi de l’asymétrie de l’information”  sur http://sete-evolution.midiblogs.com/archive/2014/02/07/re...

Un pas d’autant plus difficile à franchir que Ministres et Députés maitrisent peu ces sujets et se rabattent sur les avis d’une CNIL qui n’a pas non  plus la culture suffisante pour anticiper les vagues d’innovations qu’offrent les techniques numériques. Le vidéo de Pierre Pezziardi du billet précédent, relative au développement du site territoire.data.gouv.fr l’illustre bien.

D’autant plus que cette maîtrise technique présente des lacunes et des failles, même chez les professionnels les plus pointus, comme Orange dans l’incapacité pour la 2e fois de protéger l’accès à ses données clients. http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/9834-orange-c...

 


05/05/2014

Les marchés publics de la Ville de Paris comportent une clause Open Data

Depuis le 17 avril 2014, chaque appel d’offres comprend des dispositions obligeant le futur prestataire à libérer les données produites dans le cadre de l’exécution du marché auquel il répond.

http://opendata.paris.fr/page/les-marches/


opendata.paris.fr

Conférence de Paris : Pierre Pezziardi  chef de projets du Secrétariat  Général à la Modernisation de l’Action Publique explique les blocages sur le projet  “territoire.data.gouv.fr”

http://pezziardi.net/2014/05/02/5-minutes-de-franche-rigo...

La libération des données publiques est probablement un des vecteurs de débureaucratisation les plus puissants que l’on puisse imaginer. Elle se heurte cependant à de cyniques obstacles, qui sont néanmoins à notre portée, comme j’en ai témoigné à la conférence de Paris sur l’Open Data et l’Open Governement où j’évoque les dynamiques de startup d’état que nous développons depuis maintenant un an, et surtout l’élasticité règlementaire nécessaire à l’épanouissement de l’innovation …

territoire.data.gouv.fr 

http://www.youtube.com/watch?v=DTQxdS22zus#t=14157

L’intégralité de la conférence (10h)

23:37 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique, 1.4.1 Open Data | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

30/04/2014

Des projets open-source qui changent le monde

 

A travers l'Open Week, la Région Ile-de-France, en pointe depuis de plusieurs années sur la promotion et l'usage de logiciels libres, montre sa volonté de passer à la vitesse supérieure pour favoriser l'appropriation des biens communs et les données publiques en particulier.

[…] Les partisans du logiciel libre, Richard Stallman en tête, savent à quel point leur vision du monde est politique. Pour promouvoir l’ouverture des savoirs et des données, la connaissance libre et la collaboration peer-to-peer dans la création et la gestion de biens communs, leur idéal se construit autour de trois valeurs", explique Sébastien Broca, auteur d'Utopie du logiciel libre (Ed. Le Passager clandestin), "l'autonomie dans le travail, conçue de manière horizontale et décentralisée, et comme un moyen de se réaliser en tant que personne ; la maîtrise et le contrôle des technologies, avec une approche de leur conception tout comme de leurs usages ; la circulation de l'information et le partage du savoir, de manière à rompre l’impérialisme intellectuel pour profiter à plein du potentiel d’Internet".

Aujourd'hui, l'esprit du libre dépasse Wikipedia, Firefox ou VLC : il s'incarne dans des modèles d'organisation et des projets collaboratifs, il prend des positions plus militantes sur des sujets de société (tels Hadopi ou le traité transatlantique), et se matérialise dans des espaces physiques (Fab Lab, promotion du matériel libre) et des projets réalisés en mode DIY. […]

La suite ici http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/04/06/ces-projet... avec de nombreux exemples de projets/

Autres :  “Données publiques, ville sensible et ville lisible” http://lesclesdedemain.lemonde.fr/villes/donnees-publique...

17:24 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |