Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/05/2014

Données personnelles

Gilles Babinet pour un contrat équilibré entre les citoyens et les collecteurs de données.

(Extrait de Capital Mai 2014 qui consacre un dossier sur les grands du Web  “Ce qu’ils savent sur vous, comment ils en tirent profit…”)

Un point de vue déjà exprimé par  Daniel KAPLAN dans “Relever le défi de l’asymétrie de l’information”  sur http://sete-evolution.midiblogs.com/archive/2014/02/07/re...

Un pas d’autant plus difficile à franchir que Ministres et Députés maitrisent peu ces sujets et se rabattent sur les avis d’une CNIL qui n’a pas non  plus la culture suffisante pour anticiper les vagues d’innovations qu’offrent les techniques numériques. Le vidéo de Pierre Pezziardi du billet précédent, relative au développement du site territoire.data.gouv.fr l’illustre bien.

D’autant plus que cette maîtrise technique présente des lacunes et des failles, même chez les professionnels les plus pointus, comme Orange dans l’incapacité pour la 2e fois de protéger l’accès à ses données clients. http://www.economiematin.fr/eco-digest/item/9834-orange-c...

 


05/05/2014

Les marchés publics de la Ville de Paris comportent une clause Open Data

Depuis le 17 avril 2014, chaque appel d’offres comprend des dispositions obligeant le futur prestataire à libérer les données produites dans le cadre de l’exécution du marché auquel il répond.

http://opendata.paris.fr/page/les-marches/


opendata.paris.fr

Conférence de Paris : Pierre Pezziardi  chef de projets du Secrétariat  Général à la Modernisation de l’Action Publique explique les blocages sur le projet  “territoire.data.gouv.fr”

http://pezziardi.net/2014/05/02/5-minutes-de-franche-rigo...

La libération des données publiques est probablement un des vecteurs de débureaucratisation les plus puissants que l’on puisse imaginer. Elle se heurte cependant à de cyniques obstacles, qui sont néanmoins à notre portée, comme j’en ai témoigné à la conférence de Paris sur l’Open Data et l’Open Governement où j’évoque les dynamiques de startup d’état que nous développons depuis maintenant un an, et surtout l’élasticité règlementaire nécessaire à l’épanouissement de l’innovation …

territoire.data.gouv.fr 

http://www.youtube.com/watch?v=DTQxdS22zus#t=14157

L’intégralité de la conférence (10h)

23:37 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique, 1.4.1 Open Data | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

01/05/2014

25 mai : élection pour le parlement européen

Vous pensez que l'Europe ne sert à rien ?

Pourtant, 70% des lois sont d'origine européenne.

D’ici la fin de l’année le PIB de la Chine va dépasser celui des États-Unis, puis ce sera l’Inde etc… Chaque année un des membres du G8 va être dépassé par un nouvel arrivant du G20. Y compris à terme le Japon, et l’Allemagne. La seule façon de peser au niveau mondial reste l’Europe. Une Europe à améliorer bien sûr, pas la passoire ultra-libérale de Barroso, qui est l’équivalent de nos rois fainéants contemporains :  Mitterrand (et pour cause), Chirac (le plus fainéantas de tous), l’agité du bocal qui n’a pas fait grand chose sauf creuser la dette pour sauver le système financier mis en l’air par les États-Unis, et son successeur un plus mou encore, n’en faisant pas beaucoup que lui non plus sauf dans le ridicule et nous tondre.

L’Europe ne satisfait pas les peuples parce qu’avant tout depuis 30 ans, nos politiques ne s’en sont occupés que par dessous la jambe.

Le ratage du traité constitutionnel  de VGE est l’aboutissement de cette incurie.

La France n’a jamais été bien représenté au Conseil Européen, sauf quelques fois pour défendre les lobbies agricoles ! Mais la représentation nationale n’a jamais dans le débat européen !

Jamais un chef d’État français n’est allé au Conseil européen avec un mandat du Parlement français en poche qui cadre son pouvoir de négociation.  On ne s’émeut plus depuis longtemps que nos députés ne soient que des godillots. Les conséquences en sont qu’ on ne discute point de ce que les Conseils européens vont décider; et on attend que tout soit joué, c’est à dire le moment ultime où il faut traduire les directive européennes en droit français, pour commencer à entendre la mauvaise foi de nos politique comme quoi tout se décide à Bruxelles, alors qu’ils n’ont jamais pris la moindre initiative sérieuse quand rien n’étais justement décidé ni même encore, pendant que ça se décidait, car les décisions européennes murissent très graduellement sur au moins 5 ans.

La France est aussi mal représentée au Parlement européen parce qu’il faut y envoyer des gens :

  • qui travaillent, qui discutent  avec les autres européens pour faire valoir un intérêt général
  • qui soient apte à faire des compromis de groupe pour faire avancer les positions communes.

Les politiques qui ont le plus l’occasion de s’exprimer dans les médias français, ne s’investissant pas dans ces tâches trop ingrate pour eux: Ex: Marine Le Pen, Rachida Dati,  Jean-Louis Bourlange a abandonné en 2007 son mandat de député européen, Jean-Luc Mélenchon n’ a pas repris du service en 2009 (à la rigueur, comme dit Bové un député n’a pas vocation à faire carrière)… 

Au mieux, ceux qui se déclarent “euro-sceptiques” surfent-ils sur les évènements, et les discussions du Parlement Européen, pour se positionner “politiquement” sur le plan intérieur et soigneusement se distinguer de leurs “ennemis” en nous rappelant leur idéologies les plus totalement éculées, ou au contraire, si débordantes d’utopie que personne n’en viendrait à bout dans un délai raisonnable, y compris en faisant table rase de l’existant.

Voici une série d’entretiens sur RCF une radio Catho, un lieu plutôt inattendu pour entendre José BOVÉ, ou Jean-Luc Mélenchon, tous deux passés cette semaine à Sète au Samary....

Moins surprenant,  Pascal LAMY a ouvert la série sur l’Europe de Face aux Chrétiens http://www.rcf.fr/radio/rcf34/emission/142232
Les arguments pro-Europe sont variés. Le pragmatisme de José BOVÉ est de loin le plus convaincant.


José Bové, député européen

1 mai 2014

Frédéric Mounier reçoit José Bové. Le député européen (Europe Ecologie Les Verts) répond aux questions des journalistes de RCF, La Croix et Radio Notre-Dame.


Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche

24 avril 2014

Frédéric Mounier reçoit Jean-Luc Mélenchon. Le coprésident du Parti de Gauche répond aux questions des journalistes de RCF, La Croix et Radio Notre-Dame.

;


Pascal Lamy, ancien directeur général de l'OMC

10 avril 2014

Frédéric Mounier reçoit Pascal Lamy. L'ancien commissaire européen pour le commerce, qui publie "Quand la France s'éveillera" (éd. Odile Jacob) répond aux questions des journalistes de RCF, La Croix et Radio Notre-Dame.


22:22 Publié dans Débat/Forum, Politique | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

30/04/2014

Des projets open-source qui changent le monde

 

A travers l'Open Week, la Région Ile-de-France, en pointe depuis de plusieurs années sur la promotion et l'usage de logiciels libres, montre sa volonté de passer à la vitesse supérieure pour favoriser l'appropriation des biens communs et les données publiques en particulier.

[…] Les partisans du logiciel libre, Richard Stallman en tête, savent à quel point leur vision du monde est politique. Pour promouvoir l’ouverture des savoirs et des données, la connaissance libre et la collaboration peer-to-peer dans la création et la gestion de biens communs, leur idéal se construit autour de trois valeurs", explique Sébastien Broca, auteur d'Utopie du logiciel libre (Ed. Le Passager clandestin), "l'autonomie dans le travail, conçue de manière horizontale et décentralisée, et comme un moyen de se réaliser en tant que personne ; la maîtrise et le contrôle des technologies, avec une approche de leur conception tout comme de leurs usages ; la circulation de l'information et le partage du savoir, de manière à rompre l’impérialisme intellectuel pour profiter à plein du potentiel d’Internet".

Aujourd'hui, l'esprit du libre dépasse Wikipedia, Firefox ou VLC : il s'incarne dans des modèles d'organisation et des projets collaboratifs, il prend des positions plus militantes sur des sujets de société (tels Hadopi ou le traité transatlantique), et se matérialise dans des espaces physiques (Fab Lab, promotion du matériel libre) et des projets réalisés en mode DIY. […]

La suite ici http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/04/06/ces-projet... avec de nombreux exemples de projets/

Autres :  “Données publiques, ville sensible et ville lisible” http://lesclesdedemain.lemonde.fr/villes/donnees-publique...

17:24 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

25/04/2014

Open Data pour juillet 2015 ?

Les pouvoirs publics restent bien frileux . Ils s’abritent derrière des questions de confidentialités. Ils se tourmentent sur leur rôle de médiation ou les pouvoirs de contrôle qu’ils pourront continuer d’exercer…  voire  renforcer…

Alors même que l’État a besoin d’argent on se tâte en haut lieu et on tourne en rond pour savoir s’il faut faire payer des données coûteuses comme les données géographiques de l’IGN, et s’il faut changer les statuts de  certains organismes administratifs pour les doter d’une fonction économique et commerciale officielle.

Pour vous, pour moi, posez la question c’est déjà y répondre. Pour d’autres, c’est réinventer la roue.



Axelle Lemaire, secrétaire d’État, remplace désormais Fleur Pellerin, ministre déléguée .
Son compte Tweeter : https://twitter.com/axellelemaire 

Mission Etalab chargée de l'ouverture des données publiques et du développement de la plateforme française Open Data etalab.gouv.fr – Compte Tweeter https://twitter.com/Etalab.


L'Open Data au programme du grand projet de loi sur le numérique

Lebranchu reprend le bâton de Pellerin (Interview Sénat en fin d’article; Compte Tweeter https://twitter.com/mlebranchu)

http://www.nextinpact.com/news/87107-lopen-data-au-progra...

[…]

Une directive relative à l'Open Data que la France doit transposer avant juillet 2015

Que contient cette directive que la France s’apprête donc à transposer ? D’ici au 18 juillet 2015, les États membres de l’Union européenne sont tenus de veiller, en instaurant des règles nationales, « à ce que les documents auxquels s’applique la directive puissent être réutilisés à des fins commerciales ou non commerciales ».

Le législateur a quelque peu bouleversé la logique en vigueur jusqu’alors, en instaurant un principe selon lequel tout document public doit être réutilisable dès lors qu’il rentre dans le champ visé par le texte (qui exclut notamment les documents protégés par le secret défense, le secret d’affaires, etc.).

Auparavant, ce principe n’était valable que pour les documents dont l’ouverture avait été décidée par un État membre. Autrement dit, les administrations vont être légalement incitées à ouvrir davantage de données, et un plus grand nombre de documents publics devrait pouvoir être réutilisable par le public.

commission européenne

Aussi, les organismes du secteur public (ministères, collectivités territoriales,...) mettant leurs données à disposition du public devront les publier, « si possible et s’il y a lieu, dans un format ouvert et lisible par machine, en les accompagnant de leurs métadonnées ».

En clair, n’y a là rien de juridiquement contraignant, mais plutôt l’affirmation de grandes lignes directrices devant guider l’action des différentes administrations - qui garderont in fine le choix du format, ouvert ou non.

Cette directive s’intéresse également à la question des redevances réclamées parfois pour la réutilisation de certains jeux de données, puisque celles-ci devront en règle générale être « limitées aux coûts marginaux de reproduction, de mise à disposition et de diffusion ». Même si Jean-Marc Ayrault avait annoncé l’année dernière qu’aucune redevance nouvelle ne serait créée, celles qui demeurent en place pourraient être impactées par les règles de transposition de cette directive.

Il est en effet prévu que les États respectent une certaine transparence dans la fixation de ces licences exigées par l’administration, notamment en déterminant à l’avance et en communicant au public « les conditions applicables et le montant effectif desdites redevances » - ce qui comprendra la base de calcul utilisée pour fixer le montant de chaque redevance.

Un texte à l’avenir politique incertain

Si le gouvernement est donc tenté de transposer ces règles via le grand projet de loi sur le numérique, Marylise Lebranchu a néanmoins concédé devant le Sénat que tout n’était cependant « pas bouclé ». Même Fleur Pellerin, lorsqu’elle officiait encore à Bercy, semblait d’ailleurs en savoir bien peu sur le contenu précis de ce texte aux contours extrêmement vastes.

[…]


COMPTES RENDUS DE LA MCI SUR L'ACCES AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140407/mci...

Audition Simon Chignard

http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140407/mci...
http://videos.senat.fr/video/videos/2014/video22417.html


Audition Marylise Lebranchu

http://httpg.tdf-cdn.com/7324/VOD/commission/2014/AC20140...
http://flvog.tdf-cdn.com/7325/VOD/commission/2014/AC20140...


 


Open data local : une impasse économique ? pas tout à fait (Article du 2 octobre 2013 | Auteur: GrandesVillesTIC)

les collectivités pilotes insistent sur la nécessité d’animer l’open data, de multiplier les partenariats locaux et de créer une « culture de la donnée » partagée par la collectivité et l’ensemble des habitants. A Montpellier, la ville a travaillé avec Open Street Map sur des « cartoparties ». Des réunions destinées à travailler un thème particulier – en l’occurrence le handicap – et dont la particularité est de parler de tout… sauf d’open data. Ces réunions voient la participation de personnes aux profils variés (cartographes, personnes handicapées, informaticiens… geeks et retraités), permettent au public cible de s’approprier le sujet et contribuent à améliorer la qualité des publiées sur le portail. En l’occurrence, au-delà des services publics, des données d’accessibilité des commerces ont été ajoutées. Des données sur l’implantation des commerces qui peuvent à leur tour être utilisées par le service chargé de l’occupation du domaine public, avec à la clef des recettes supplémentaires pour la collectivité.
Voir aussi le site de Simon Chignard sur
l’animation de l’Open Data

17:21 Publié dans 1 Groupes de Travail, 1.4 Innovation & Numérique, 1.4.1 Open Data | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

23/03/2014

Pédagogie de la classe inversée

Cette classe inversée est d’abord la traduction littérale du concept de Flip Classroom.

Une classe, ou plutôt un enseignement, inversée par rapport au modèle traditionnel : les connaissances factuelles sont découvertes et apprises par les élèves chez eux et les heures de classe sont consacrées à la mobilisation de ces connaissances dans le cadre d’exercices et d’activités.

Le cours à la maison et les devoirs en classe !

http://www.pearltrees.com/#/N-u=1_484983&N-p=10104380...


http://classeinversee.wordpress.com/2013/06/18/je-ne-fais...

00:41 Publié dans 1.4 Innovation & Numérique | Lien permanent | | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |