Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/02/2010

Midi Libre 6/02/2010 Sète – Rénovation urbaine : L’angoisse des propriétaires

La procédure de déclaration d'utilité publique N° 5 qui a été votée en décembre dernier, concerne non seulement des immeubles dégradés et insalubres ou avec des logements indécents, mais aussi des immeubles où tous les logements répondent aux normes d'habitabilité et sont décents au sens de la loi SRU…
Aujourd'hui, illustration du dossier publié d'hier "Rénovation urbaine : la ville y va-t-elle trop fort ?"
(Cliquer ici pour y accéder)

Édition du samedi 6 février 2010

Sète -  Jeux de “DUP” au 4-Ponts - On ne sait …

On ne sait pas encore si la Déclaration d'utilité publique (DUP) qui pourrait "tomber" sur une quarantaine d'immeubles du quartier des 4-Ponts permettra à la Ville d'accélérer la restauration immobilière du quartier.

Mais ce dont on est sûr, c'est qu'elle aura fait trembler dans les chaumières. Et pour cause : l'acceptation du principe d'une DUP par le commissaire enquêteur, puis sa validation par le préfet, pourrait être lourde de conséquences pour quelques-uns de ceux qui résident dans l'îlot sud...

On n'en est toutefois pas là, puisqu'il y a fort à parier que la Ville ne laissera pas l'utilité publique frapper aveuglement, et que l'on ne fera pas payer à un Sétois des 4-Ponts le fait d'habiter un appartement en parfait état dans un quartier - en partie - dégradé. Non ?

Pour autant, à défaut d'avoir pu faire part de leurs réserves, voire de leurs craintes, à un interlocuteur bien identifié (Ville ou SA Elit), trois résidants du quartier s'en ouvrent ici dans nos colonnes. Leurs cas, particuliers, sont il est vrai symptomatiques de l'inadéquation d'une déclaration d'utilité publique avec un quartier où voisinent le meilleur et le pire, côté habitat. Mais ils méritent d'être entendus. Comme mérite d'être souligné le fait que personne, aux Quatre-ponts, ne remet en cause la nécessité de mener à bien la rénovation immobilière du quartier. Quant à la méthode...

Patrice CASTAN pcastan@midilibre.com - Photos Christophe FORTIN

Édition du samedi 6 février 2010

« Faudra-t-il nous résoudre à vendre ? »

DR

Sète - 23, rue Carnot « Faudra-t-il nous résoudre à vendre ? »

RAPPEL : Yves Bouchet est devenu propriétaire en 1957 du logement où il réside depuis 86 ans

Cela fait 86 ans et des poussières qu'Yves Bouchet habite son appartement de la rue Carnot. Dont ses parents furent locataires et dont ce Sétois fit l'acquisition en 1957.

Depuis quelques mois, il y a été rejoint par son fils, Michel, avec lequel il partage donc ce 62 m 2 , que le vieil homme a toujours entretenu. Ancien, quelque peu désuet côté déco, certes, ce « deux chambres, salon, cuisine, salle de bains » est en bon état.
Pour Michel Bouchet, il répond en tout cas à « des normes raisonnables d'habitabilité ». Aussi est-il assez surpris de voir l'appartement de son père figurer dans la liste des logements pour lesquels une demande d'utilité publique a été faite par la Ville (le principe en a été voté en décembre).

D'autant que la SA Elit a placé les six logements que comporte le 23, rue Carnot dans la case "état moyen"... « Je suis revenu sur Sète été 2007, se souvient Michel Boucher. C'est alors que j'ai reçu un architecte de la SA Elit. Je lui ai présenté l'appartement, il m'a dit qu'il n'y aurait "pas grand-chose à faire". Il a néanmoins tout mesuré et m'a dit que pourrait m'être communiqué un compte-rendu de sa visite. Je n'ai jamais rien reçu et apparemment, il n'est pas passé chez mes voisins (alors que leur logement figure dans l'estimatif de la SA Elit...) »

Quant au bâtiment, aux parties communes, Michel les connaît bien, puisqu'il en est le syndic de copropriété : « La toiture a été refaite il y a 10, 12 ans, l'escalier est ancien mais très sain et entre voisins, ça se passe bien alors que bizarrement, on aurait été classé par la Ville dans les "copropriétés à problèmes"... » S'il s'en tient à l'appréciation sommaire des travaux à engager faite par la SA Elit, « entre parties communes et privées, j'ai calculé que chaque propriétaire aurait 15 000 € à sortir »... sous 2 ans à partir du moment où la DUP sera acceptée (si elle l'est). Alors, bien sûr, chaque propriétaire pourra dans ce cas prétendre à des aides qui, néanmoins, ne pourront dépasser 30 % des sommes engagées. Enfin pas tous : Yves Boucher, qui touche une retraite "correcte", n'y serait apparemment pas éligible...

Pour son fils, le dossier concernant le 23, rue Carnot, a été « monté à l'emporte pièce ». Et de se demander quelles sont véritablement les visées de la SA Elit : « Si la DUP est acceptée et que nous sommes dans l'impossibilité de financer les travaux décrits par l'aménageur, faudra-t-il se résoudre à vendre notre appartement au prix des Domaines ? C'est simple, ça ferait 1 350 € multiplié par 62 m 2 : un peu plus de 80 000 €. Avec cette somme, à Sète, on n'irait pas loin. Un 60 m 2 , c'est au moins 110 000 €...

Mais peut-être la SA Elit préférera-t-elle faire durer pour, un jour, se rendre maître du foncier. Au n°30 de la rue, cela fait 4 ans qu'une voisine est en "utilité publique" : elle n'en a jamais été informée et il ne s'est rien passé », explique Michel.
« Et quand je regarde notre immeuble, bien placé, ensoleillé mais sans cachet architectural particulier, je me dis qu'il pourrait être le lieu d'un tout autre projet... »

Édition du samedi 6 février 2010

« J'estime que je ne mérite pas ça... »

DR

Sète - 27, rue Sémard « J'estime que je ne mérite pas ça... »

RAPPEL : Reine Pillot est propriétaire d'un coquet appartement englobé dans les bâtiments visés par la demande d'utilité publique

...C'est en 1990 que Reine Pillot s'est rendue propriétaire de son appartement, situé au troisième étage du 27, rue Pierre-Sémard (l'immeuble ouvrant sur la rue Honoré-Euzet occupé, en rez-de-chaussée, par les locaux du Parti communiste).

Un très coquet 60 m 2 entièrement rénové en 1987, équipé d'une mezzanine mansardée, avec poutres apparentes, d'une salle de bains dernier cri, de WC séparés, de double vitrage sur châssis bois, etc. 60 m 2 au total, donc. Bien placés, bien insonorisé. Bref, le bonheur. Sauf que dans "l'appréciation" réalisée par la SA Elit, cet appartement (comme les quatre autres du 27, rue Sémard) est jugé en "état moyen" (!) et inclus dans la demande de déclaration d'utilité publique ( une qualification que l'on imagine plutôt motivée par des raisons de vétusté, d'insalubrité, de sécurité...)

Reine Pillot, comme l'ensemble des copropriétaires réunis en syndic, est bien consciente que « des travaux sont à faire sur la toiture, et nous allions d'ailleurs nous y pencher, mais quand la SA Elit pointe la façade (un coup de peinture semble suffire) et la cage d'escalier (état parfait), je ne comprends pas... »L'appréciation de la SA Elit concernant les travaux à engager sur les communs et les parties privées ? « 110 000 € environ ». Pas une paille, donc.

Après avoir pris connaissance qu'une demande d'utilité publique incluant son appartement avait été demandée par la Ville, Reine Pillot – « je suis assez anxieuse » – s'est rendue en mairie : « Là, personne n'était au courant. On m'a renvoyé vers la SA Elit, ça m'a découragée... » Une chose est sûre, elle n'est pas prête à "lâcher" son appartement du 27 rue Sémard, « estimé récemment entre 120 000 et 150 000 € par un expert immobilier », d'autant qu'il est « idéalement placé, près des cinémas, du théâtre... » Reine n'a pas apprécié d'apprendre « par les journaux, qu'une déclaration d'utilité publique avait été demandée » et qu'elle sera virtuellement expulsable si la DUP est acceptée... Non, vraiment, dit Reine, « J'estime que je ne mérite pas ça. »

Édition du samedi 6 février 2010

Au dessus de The Marcel... On a tellement l'habitude de ne porter ses yeux que sur le rez-de-chaussée, le restaurant The Marcel et la galerie Faurie, ...

DR

Sète -  Au dessus de The Marcel... On a tellement l'habitude de ne porter ses yeux que sur le rez-de-chaussée, le restaurant The Marcel et la galerie Faurie, ...

Au dessus de The Marcel... On a tellement l'habitude de ne porter ses yeux que sur le rez-de-chaussée, le restaurant The Marcel et la galerie Faurie, qu'on pourrait être surpris de voir figurer dans la demande de DUP le n°5 de la rue Lazare-Carnot. C'est en jetant un coup d'oeil sur le 1 er étage que l'on comprend mieux pourquoi ...

 

Édition du samedi 6 février 2010

10, rue Pierre SEMARD

DR

10, rue Pierre-Sémard... Ce n'est qu'une cour, mais son état laisse présager de celui de la cage d'escalier, des communs.

Dans ce bâtiment, huit logements sont estimés insalubres. Pas étonnant. La DUP, dans ce cas, est justifiée.

Édition du samedi 6 février 2010

Insalubrité signifie malsain, nuisible à la santé : défaut d'hygiène, non respect des normes de sécurité. A éradiquer à tout prix. On est encore rue...

DR

Sète -  Insalubrité signifie malsain, "nuisible à la santé" : défaut d'hygiène, non respect des normes de sécurité. A éradiquer à tout prix...


Insalubrité signifie malsain, "nuisible à la santé" : défaut d'hygiène, non respect des normes de sécurité. A éradiquer à tout prix.  On est encore rue Sémard.

Nuisible à la santé ...

19:35 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.2 PRI Ile Sud DUP5 | Lien permanent | | Tags : 4 ponts | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

23/06/2009

Revue de Presse “Rue EUZET”

Édition du jeudi 18 juin 2009

Midi Libre Sète 19/06 - Commerce Aprile au Titanesque « On y va progressivement... »

DR

La réalisation de la 2 e tranche de travaux rue Euzet, dans le cadre du PRI, implique le transfert de l'historique pâtisserie La pâtisserie Le Frescati , du nom du gâteau éponyme - registered mark , s'il vous plaît - est une petite institution, en coeur de ville.

A fortiori
dans le quartier des Quatre-ponts, puisque Michèle Aprile et son époux Serge officient là depuis 36 ans déjà. Des commerçants qui ont vu arriver d'un bon oeil les travaux de destruction-reconstruction menés dans le cadre du Plan de restauration immobilière (PRI), dont la 2 e tranche les concernera directement puisque le bâtiment qu'ils occupent doit être démoli.

(Médaillon) : « Travailler....

Relativement optimiste, le couple de pâtissiers ne cachait toutefois pas son inquiétude quant à l'option de retrouver, dans

la nouvelle construction, un espace aussi confortable que celui - de 300 m 2 - qu'il occupe aujourd'hui. La solution pourrait en fait venir d'ailleurs.

Comme François Commeinhes n'a pas manqué de le faire remarquer lors de la dernière réunion du comité de quartier des Quatre-ponts, les époux Aprile seraient en effet en passe d'accepter un relogement en lieu et place de l'ancien bar Le Titanesque, toujours rue Euzet, dans lequel la SA Elit (opérateur du PRI) a lancé de vastes travaux.

Interrogée à ce sujet, Michèle Aprile reconnaît avoir eu « des accords verbaux avec le maire et la SA Elit » pour un transfert de ses activités vers ce local de la rue Euzet « le temps des travaux et au-delà ». Ne cachant pas être intéressée par l'achat des murs. « On doit se revoir pour finaliser les choses », confie Michèle Aprile, avec l'espo ir « que ça aille vite : nous aimerions déménager ou bien longtemps avant les fêtes, ou longtemps après, histoire de ne pas être pris de court. Mais cela dépendra des différents corps de métiers qui auront à travailler au Titanesque. » La SA Elit a aussi demandé des plans aux commerçants. « Ça veut peut-être dire qu'ils vont en tenir compte », ose Michèle Aprile. Seule chose dont ils n'ont pas parlé : « C'est d'argent. Rien n'a pour l'heure été fait par écrit. On y va progressivement. » Ça tombe bien, ce n'est pas bien loin.

Patrice CASTAN


Demain, la parole à Jacques Vié, des Vêtements Vié, concernés par l'avancée du Plan de restauration immobilière, et qui se défend d'être "l'empêcheur de tourner en rond" dans cette affaire...

Vos reactions

18/06/2009 à 09h11 | mc

un scoop qui n'est pas un scoop. En,effet l'instalation de la patisserie dans les locaux du Titanesque sont prévus depuis longtemps, "le temps des travaux" c'est trés bien! et "au délà" cela laisse entendre que la patisserie serait reloger définitivement dans ce local. Tant mieux si les propriétaires du commerce y retrouve leurs intérets! Par contre, et comme dans tous les cas d'expropriations, particuliers où commerces aucun accord écrit de la part de la Sa Elit. Pourquoi? En revanche le cas de M. Vié n'est pas le même, puisque M.Vié est locataire d'un propriétaire qui ne veut pas vendre à la SA Elit. Il faut arrêter de diaboliser ce commerçant qui ne peut nullement négocier avec la SA Elit tant que celle ci n'est pas propriétaire des murs! Dans ce dossier la SA Elit met la pression à ce commerçant pour le faire partir


Édition du vendredi 19 juin 2009

Midi Libre Sète 19/06 - Commerce« Je ne suis pas celui qui bloque tout... »

DR

DR

Comme la pâtisserie Aprile, les Vêtements Vié
doivent bouger face  à l'avancée du PRI.

Pas content, Jacques Vié. Pas content « que l'on me fasse passer pour celui qui bloque tout le projet ». Il faut dire que ce commerçant, dont la famille a pignon sur rue depuis 120 ans rue Euzet, apprécie peu « que le maire dise que je suis partisan d'un bras de fer avec la Ville ».

Concerné au même titre que la pâtisserie Aprile (notre édition d'hier) par l'avancée du Plan de restauration immobilière (PRI), et à ce titre contraint de déménager, il dit vouloir « tirer certaines choses au clair. On parle d'une expropriation éventuelle de Jacques Vié. Or, c'est impossible puisque je ne suis pas propriétaire des murs. Si quelqu'un est expulsé, ce sera mon propriétaire, pas moi, et la SA Elit héritera de Jacques Vié comme locataire. ».

Quant au "bras de fer" que Jacques Vié est suspecté de vouloir engager : « Cela ne tient pas debout, assure le commerçant. Le seul contact que j'ai eu, c'est une rencontre avec MM. Anfosso (adjoint au maire) et Magat (SA Élit) le 24 février. Ils m'ont dit : que voulez-vous ? J'ai demandé un local provisoire pour travailler à proximité pendant les travaux et la possibilité de réintégrer le nouveau bâtiment dans des locaux équivalents. Ils m'ont promis une réponse. J'attends depuis 4 mois. Vous appelez ça un bras de fer ?».

Et, concernant "l'accusation" de vouloir faire monter les enchères : « Je ne veux pas plus que ce que j'ai. En revanche, c'est sûr, à plus de 50 ans, je ne vais pas investir 300 000 € pour réintégrer un local alors que mon entreprise tourne. »

Enfin, au sujet du bail commercial de Jacques Vié : « Soit ils s'arrangent pour que je garde le même contrat, soit nous irons au tribunal. Pour moi, des murs, c'est des murs, qu'ils soient du XIX e ou en béton de 2010. Pour quelle raison voulez-vous que j'abandonne mon contrat ? » Et le commerçant d'inviter la Ville « à tenir compte des recommandations du commissaire enquêteur ».

A savoir : « Trouver des solutions qui permettent la réinstallation des commerces... dans des conditions acceptables. »

Patrice CASTAN

Vos reactions

19/06/2009 à 09h26 | MC

En effet dans cette histoire, la SA Elit,(société d'économie mixte de la ville) oublie que le locataire de ce magasin a un bail qui a été reconduit et que c'est le propriétaire qui ne peut le casser. Dans sa façon de jouer avec les gens concernés soit par le PRI soit la deuxième tranche des travaux de la rue honnoré euzet, c'est elle qui amène ces situations de blocage. Au fait les chaix de la rue Maurice Clavel sont paraît il à Vendre!! qu'attend la commune pour préempter, il y aurait là de quoi contenter les habitants du quartier à qui on avait promis jardin,place et parking

16:59 Publié dans 3 Opérations d'aménagement, 3.3 Multi Site DUP EUZET | Lien permanent | | Tags : 4 ponts, dup, euzet | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

03/12/2008

Réunion de Quartier 4 Ponts - Projets immobiliers de l'Ilot Sud

Télécharger l'enregistrement audio en mp3 de la rencontre ici

4%20ponts%201.jpg

 

 

 

 

4%20Ponts%204.jpg4%20Ponts%205.jpg4%20Ponts%206.jpg

01:08 Publié dans Actualités | Lien permanent | | Tags : pri, rénovation, 4 ponts, ilot sud | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | |

01/12/2008

Quartier des 4-Ponts« Nous voulons en savoir plus... »

Édition du lundi 1 décembre 2008

DR

V. A.

L'association présidée par Béatrice Gaeta a sollicité et obtenu des élus une réunion autour du devenir de l'Îlot sud.

 

Vous avez créé, il y a presque 10 ans, l'association de quartier des Quatre-ponts. Dans quel objectif ?
Il s'agissait de se porter à l'écoute de tous ceux qui vivent et travaillent ici, d'insuffler de la convivialité et du lien social et enfin de définir, quand c'est nécessaire, le contenu des nos interventions auprès des institutions pour améliorer le cadre de vie.

En 10 ans, vous avez vu  le quartier évoluer. Quel bilan en tirez-vous ?
Franchement, l'évolution du quartier est assez positive. Nous avons constaté bien des améliorations en terme de salubrité publique et de réhabilitation. Alors certes, tout cela manque encore d'espaces verts et / ou aérés, comme de petites places, mais globalement, nous sommes satisfaits.

Pourquoi, dans ce cas, avoir sollicité la Ville en vue  de l'organisation, demain, de cette réunion rue Clavel ?
Car nous ne voulons pas avancer dans l'inconnu alors que notre quartier est au coeur de toutes les préoccupations. Le thème principal de la réunion sera "les projets immobilier" dans le quartier car nous ne savons pas vraiment où en est la deuxième tranche de réhabilitation de la rue Euzet et nous avons quelques interrogations sur divers projets rue de la Savonnerie, dans les chais Pascal, rue Clavel, ainsi que sur certains bâtiments préemptés rue Pierre-Sémard. Nous voulons en savoir plus.
En outre, nous aimerions nous voir confirmer par le maire François Commeinhes, comme il l'avait dit durant sa campagne, que le centre sportif Maurice-Clavel sera bien conservé et réhabilité

.

Avez-vous eu du mal à motiver les élus pour la tenue de cette réunion ?
Pas du tout. J'ai écrit un courrier puis j'ai pris contact avec le cabinet du maire et je vous avoue que ça s'est décidé assez vite.
Nous comprenons qu'élus et techniciens n'ont pas que ça à faire mais estimons aussi qu'il est bien, une fois par an, de faire le point.
Demain mardi à 18 h 30, la réunion impulsée par l'association de quartier des 4-Ponts, aura lieu dans la salle de gymnastique du complexe sportif Maurice-Clavel.

Le maire François Commeinhes devrait y participer au côté des élus concernés par les questions d'urbanisme, ainsi que des techniciens de la Ville et de la SA Elit, partenaire du PRI.

Recueilli par Pa.C.